3 réflexions au sujet de « Cyclisme – Giro 2018 : « Le lièvre et la tortue » ou la fable de La Fontaine illustrée sur deux roues à travers La Botte »

  1. Vo2 max, mental et expérience, vous pointez à juste titre le triptyque qui distingue les vainqueurs de haute volée des grands tours. Mais n’y a t-il pas une « préparation » spécifique à la SKY et pour Froome en particulier ? Ne rien céder dans la montée finale après 80 km d’échappée face à plusieurs coureurs se relayant derrière lui ne pose t-il pas questions ?

  2. fred Pousthomis

    Bonjour docteur, pensez vous que la performance de Chris Froome est credible ? doit on s’enthousiasmer immédiatement ou être plutôt circonspect ? Si on en croit votre article, la perf est plutôt réglo. Ce sont les autres concurrents qui se sont sabordés tout seuls en attaquant à outrance lors des 2 premières semaines ? Faut il voir dans ses revirements de situation un cyclisme à nouveau humain ?

Répondre à fred Pousthomis Annuler la réponse.