2 réflexions au sujet de « Tour de France ton histoire – Mondialisation de la Grande Boucle : on est encore loin du compte »

  1. Annichini Olivier

    Remarquable travail. Cela dit, quand Abdel Kader Abbes participe en 1936 au Tour, l’Algérie, c’était encore la France, et Abdel un coureur français. Question : y a-t-il eu des coureurs algériens depuis l’indépendance du pays ?
    La catégorie Grande-Bretagne est à prendre avec des pincettes : car vous évoquez aussi l’Ecosse et le pays de Galles (et pas l’Angleterre), pourtant tous membres de la GBR : aux JO athlètes écossais et gallois (et anglais) sont étiquetés GBR.
    Amitiés

  2. Commentaires Dr JPDM – En 1936, Abdel Kader Abbes était algérien. Son cas est comparable au sud-coréen de naissance (sous tutelle japonaise au moment des Jeux) Sohn Kee-Chung lauréat du marathon olympique 1936 à Berlin sous les couleurs nippones. Ce dernier pays n’a jamais voulu restituer le titre au bilan des Sud-Coréens.
    A ma connaissance depuis l’indépendance en 1962, aucun Algérien n’a pris le départ du Tour.
    L’Angleterre apparaît en 1937 avec Bill Burl et Charlie Holland (voir tableau paru dans le blog le 5 juillet 2019).
    Effectivement, aux Jeux olympiques, l’Ecosse et le Pays de Galles sont intégrés à la Grande-Bretagne. En revanche, pour la Coupe du monde de foot ou de rugby, ces deux nations participent de façon distincte comme l’Angleterre.

Répondre à drjpdm Annuler la réponse.