Une réflexion au sujet de « Tour de France 2019 ton histoire – Point de vue de Mohamed Bouguerra »

  1. mauris0

    Frédéric Grappe a une gouaille en interview qui peut être agaçante, soit.
    On ne peut néanmoins lui enlever ses études sur l’entrainement cycliste qui ont un certain succès.
    Il est vrai aussi que les remarques qu’il apporte dans le journal pour des gains sur le record de l’heure sont à la portée de n’importe quel connaisseur du vélo, les distances susceptibles d’être gagnées, sont à mon avis données à la louche.
    Concernant le CLM qui est en relation avec la piste, pas de tradition dans les pays latins. La météo y est meilleure; on préfère aller rouler dehors et les anglosaxons sont toujours plus attirés par les chiffres donc les chronos.
    Pour tenter d’inverser la tendance, Christophe Manin qui s’occupe des juniors à la FFC, a demandé aux organisatueurs des coupes de France 2020 d’y integrer un CLM. Pas facile car cela augmente parfois la compétition d’une journée avec tous les frais supplémentaires que cela engendre. Et puis, il y a la discussion sur le vélo de CLM qui demande aussi des coûts aux coureurs/clubs avec la possibilité de le faire avec le vélo classique, qui ne fait pas l’unanimité.
    Au niveau des pros français, la différence entre les meilleurs et les autres se fait juste par le fait que certains s’entraînent sur leur vélo de CLM alors que les autres (dont T.Pinot, je pense) ne le font jamais (ou très peu)
    Aller chercher les (dizaines de) secondes qui manquent demande des études poussées, notamment en soufflerie qui coûtent très chères,(voir article dans le dernier Sport et Vie) l’équipe FDJ avait commencé à le faire avec les vélos Lapierre, sans suite apparemment, avec des trouvailles qui sont parfois recalées par l’UCI suite à réclamation des concurrents qui n’ont pas pris la peine d’investir.

Répondre à mauris0 Annuler la réponse.