Tour de France ton histoire – Les rétros TV de la Grande Boucle occultent l’exclusion à vie des palmarès de Lance Armstrong

Image

Cerise sur le gâteau, c’est Christian Prudhomme – lui pour qui le champion de Dallas  »n’existe plus » – qui commente sur les rediffusions , les exploits du Texan!

Face à l’éventuel retour sur les tablettes de la Grande Boucle de celui qui a survolé le Tour entre 1999 et 2005, rappelons ce qu’affirmait en 2014 dans Le Journal du Dimanche, l’actuel patron du Tour : « Lance Armstrong n’existe plus pour nous. ce chapitre est refermé depuis longtemps et il n’y a aucune raison de le rouvrir. Son nom ne reviendra pas au palmarès. Point.« 

LE COMBLE DE L’HYPOCRISIE

Aujourd’hui, le Tour profite toujours de son image de winner 3XL tout en continuant à le maintenir exclu du palmarès de la liste des géants du Tour. Au final, France Télévisions touche toujours des royalties et la légende Armstrong est entretenue. Comment les téléspectateurs peuvent-ils s’y retrouver ?

2 réflexions au sujet de « Tour de France ton histoire – Les rétros TV de la Grande Boucle occultent l’exclusion à vie des palmarès de Lance Armstrong »

  1. Christophe Perrot

    Bonjour Docteur
    Merci pour cet article qui remet une fois encore l’église au milieu du village
    Question sur votre liste de vainqueurs barrés : jusque là LeMond était considéré comme le seul non entaché entre 1947 et 2010 (votre livre – 33 vainqueurs…). Qu’est-ce qui a changé le concernant ? Son appartenance à l’équipe de Guimard par exemple?
    Bien cordialement
    Christophe

    • Lorsque j’ai publié en 2011 l’ouvrage « 33 vainqueurs face au dopage », je n’étais pas convaincu à cent pour cent (99%) que le premier américain vainqueur du Tour était totalement resté dans les clous pendant toute sa carrière. Plusieurs témoignages d’équipiers notamment très proches m’avaient confirmé qu’il carburait aux corticoïdes.
      Comme selon l’expression de Laurent Fignon : « 90% du peloton fonctionnait aux corticos », ces derniers ayant l’avantage inestimable d’être indétectables.
      De même LeMond a été sous la coupe de Cyrille Guimard de 1981 à 1984 (4 saisons), un adepte des médocs de la performance. L’emblématique directeur sportif de sept vainqueurs du Tour a été contrôlé positif en 1970, 1972 et 1974
      Par ailleurs, comme le dopage mais aussi la triche et le mensonge sont consubstantiels à l’homme, pour moi, les grands responsables de la pandémie des aides biologiques à la performance, sont en priorité les dirigeants (UCI, ASO) et la faiblesse de la lutte antidopage. A ma connaissance, aucun des dirigeants du cyclisme et de l’antidopage n’a été rayé de leur liste de présidents ou de patrons !

Répondre à Christophe Perrot Annuler la réponse.