Tour de France – Note de lecture : « Etes-vous un expert du Tour de France ? », par Valentin Verthé, éditions Larousse 2016

Page

 EXPERT TDF

Je ne connais pas l’auteur ni avoir lu, écrit par lui, d’autres documents sur le cyclisme. On constate qu’il n’a fait aucune recherche pour enrichir la connaissance de la Grande Boucle. En revanche, il a compilé de nombreux ouvrages plus ou moins fiables.

Son cahier de jeux est présenté sous la forme de quiz balayant différents thèmes avec les réponses en deuxième partie. Dans le prologue, l’éditeur nous affirme que l’auteur est un « expert ». Pas sûr !

Ci-joint quelques exemples de boulettes :

Page 4 – Quel était le nombre de participants lors du premier Tour ?

  1. a) 18, b) 59, c) 187
  2. b) L’ «expert-Larousse» donne comme réponse exacte : 59. De nombreux ouvrages donnent 60. Aucun chiffre n’a été certifié par l’organisateur.

Page 9 – A la question A) Quel est le plus grand écart au classement général entre le vainqueur et son dauphin ?, il est donné trois propositions : 28,43 ou 58 minutes (je vous passe les secondes). La bonne réponse de l’ « expert » Larousse est 28 minutes et 17 secondes. Fausto Coppi devant le Belge Stan Ockers en 1952.

En réalité, l’écart le plus important se situe en 1903. Maurice Garin, au terme de six étapes,  devance Lucien Pothier de 2 h 59’ 21’’

Page 16 – 2 L’ascension de Bahamontes

Question – « En 1954, qu’a fait l’Espagnol Federico Bahamontes lorsqu’il est passé en tête au sommet du col du Galibier ? »

  1. a) Il s’est arrêté et a mangé une glace en attendant ses adversaires »

En réalité, cette scène inattendue s’est déroulée au col de Romeyère dans le Vercors. De plus, Bahamontes n’a pas eu longtemps à attendre ses adversaires car il n’avait que 5 secondes d’avance sur le second, Jean le Guilly.

Page 17 – Qui suis-je ? (Andy Schleck)

La question : « Je suis issu d’une famille de champions : mon grand-père (Gustav, mon père (Johny) et mon frère (Frank) ont tous les trois participé au Tour de France. »

En réalité, le grand-père Schleck n’a jamais couru le Tour de France. Il se prénommait Auguste (et non Gustav). En 1928, il a terminé 3e du Championnat du Luxembourg route des indépendants.

Page 41 – On écrit le Col de Perjuret (situé dans les Cévennes) et non du Perjuret

Page 44 – Incroyable mai vrai

  1. Le participant le plus âgé de l’histoire du Tour de France est Henri Paret. Il termine 11e du Tour 1904 alors âgé de 50 ans.

En réalité, à ce jour et à ma connaissance, personne n’a pu vérifier l’acte de naissance de Henri Paret. En revanche, Jules Banino né le 16.11.1872 avait 51 ans passés lors de son engagement au Tour 1924 (il a abandonné lors de la première étape).

 Page 51 – Des coureurs formidables

2 – « Le coureur se fit renverser par une voiture durant le Tour 1913 »

Cette histoire fausse a la vie dure ! Dans ses mémoires (feuilleton paru dans Le Miroir des Sports en 1922 du n° 124 au n° 147), Eugène Christophe explique bien que c’est le mauvais état de la route qui a eu raison de la fourche de son vélo et non une rencontre intempestive avec une voiture. Et pourtant, le commentaire est omniprésent dans tous les mauvais livres sur le Tour de France.

Page 53 – Quelle était la particularité physique de Fausto Coppi lorsqu’il était extrêmement fatigué ?

Réponse de  »l’expert-Larousse » b – Une veine se gonflait dans son genou.

En réalité, au bout de 150 km, une veine superficielle se gonflait dans la pliure du genou, donc apparente par les concurrents situés dans sa roue et non dans le genou car alors invisible de ses adversaires.

 Un conseil au pseudo-expert des éditions Larousse : éviter de copier les ouvrages sur le Tour sans jamais vérifier et croiser les sources. De même, il est sage d’éviter Wikipédia. Dans ce genre d’ouvrage, tel celui de Valentin Verthé, c’est toujours le lecteur qui est marron.