URSS-RUSSIE – La culture de la performance sportive boostée par la science date des années 1930-1940

Par défaut

Récemment, lors de l’affaire du meldonium, un contingent important de sportifs russes a été écarté des Jeux de Rio pour avoir été contrôlé positif à ce médicament interdit par l’AMA depuis le 1er janvier 2016 ;

Le produit en question utilisé en thérapeutique dans les pathologies cardiovasculaires, figurait dans la plupart des pharmacies haute performance de la Russie. Le 26 octobre dernier, le site l’Esprit du Judo publiait une interview de Dimitry Morozov, l’entraîneur en chef de l’équipe masculine russe de judo, qui donnait la clef pour comprendre la consommation très répandue parmi les sportifs de haut niveau de médicaments de soutien : « Il faut bien comprendre une chose : en Russie – et avant la Russie, l’URSS – il est normal de soutenir son corps pendant les périodes d’entraînement intense. C’est culturel. Le haut niveau n’est pas une activité normale pour un corps humain. Donc, si tu veux que ton corps soit capable de supporter cet effort, il faut l’aider. C’est une question d’équilibre. »

Dans un précédent texte publié dans ce blog, nous écrivions : « Depuis 1952 et leurs premiers Jeux olympiques à Helsinki, les Soviétiques (Russes à partir de 1992) n’ont qu’une idée fixe : remporter le plus de médailles possibles grâce à un « truc » d’avance sur toutes les autres nations, notamment les Etats-Unis.

1952 – « ARME SECRÈTE POUR HELSINKI »

 C’est le titre d’un article paru dans Sport Sélection de juillet 1952 qui ‘’détaille’’ sans beaucoup de précision la technique – l’électropneumatique – mise au point par les savants soviétiques pour amasser des médailles olympiques.

electro-pneumatique

Or, en réalité, cette quête de l’amélioration du rendement humain, a commencé dès la décennie 1930-1940. C’est dans le corps d’un article signé par le Dr Louis Zwahlen – ancien président de la Fédération française de cyclisme (ce dernier s’étonnant à juste titre que le Tour de France ne soit suivi par aucun médecin) que l’on apprend que les Soviétiques sont très largement en tête au plan du nombre des publications scientifiques traitant de la performance sportive.

1

Dr Louis Zwahlen, ancien président de la Fédération française de cyclisme (1941-1942). – Science et Vie, 1949, n° 382, juillet, p 68

     Un dopage d’Etat culturel

En analysant ce texte paru en 1949, on apprend que pour la période de 1930 à 1940 au plan des publications scientifiques traitant du sport, l’Union soviétique caracole en tête avec 44% des travaux contre 20% aux USA et 10% à l’Allemagne. En revanche, la France avec 0,5% de la production mondiale se classe « en fort médiocre rang ». Ce dernier chiffre est concordant avec les performances sportives des sportifs hexagonaux de l’époque.

Donc, avec un tel passé, rien de surprenant à ce que l’élite sportive de la Russie actuelle soit médicalisée sous la directive de l’Etat. Les différentes affaires impliquant des drogues de la performance ayant émaillé le parcours sportif de l’URSS puis de la Russie depuis des décennies, accréditent sans nuance que dans ce grand pays dirigé aujourd’hui par Vladimir Poutine le dopage d’état est toujours en place.

science-et-vie

                                                      Science et Vie, 1949, n° 382, juillet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s