Dopage – Football : 10e Coupe des Confédérations – 379 tests trop négatifs pour être crédibles !

Par défaut

STOP FOOTBALL12

Publicités

Tour de France 2017- Bilan des UNES de L’Equipe : en tête le foot, l’alcool (sic), Froome et les Français vainqueurs d’étape

Par défaut

En dehors de Chris Froome qui a remporté la Grande Boucle, les 16 vainqueurs d’étape étrangers ont été exclus des UNES, même le gagnant des Champs-Elysées n’a pas eu droit à sa photo en première page.

Classement des UNES :

  • 14 TDF
  • 12 alcool (+ 2 quatrième de couverture)
  • 8 foot (UNES passées pendant la durée du Tour de France)
  • 5 Froome
  • 3 Bardet
  • 0 pour les 16 gagnants d’étapes de nationalités étrangères.

L’Equipe vit surtout avec le foot (80%) et l’alcool.

 

lequipe

19e étape remportée par Edvald Boasson Hagen – Le lendemain, à la UNE : alcool et foot

 

Tour de France – Hold-up : Froome dans la roue d’Armstrong…

Par défaut

e Texan, grâce au dopage, a entubé le Tour de France de sept levées entre 1999 et 2005 ; la Sky avec l’aide des gains marginaux (Autorisation d’usage à des fins thérapeutiques (AUT) de complaisance pour Bradley Wiggins et éléments aérodynamiques pour Chris Froome, sans oublier en 2016 sa chute dans le Ventoux sans conséquence de temps par la grâce des officiels) est en passe d’en chiper cinq entre 2012 et 2017.

Cyclisme, ton éthique se fait la malle

Dans le contre-la-montre de Düsseldorf (14 km), Chris Froome a utilisé des éléments aérodynamiques favorisant le CX (bandes de vortex recouvertes de petites billes d’air disposées aux épaules et aux bras). Les spécialistes leur attribuent un gain sur cette étape de 20 à 25 secondes ! Soit un temps équivalent à celui qui sépare le Britannique du Français Romain Bardet (23 sec.) à l’entame de la 20e étape, le contre-la-montre décisif de Marseille (22,5 km).

L’Equipe de ce jour nous dit que Froome, selon l’article 10 du règlement, est tenu pour cette épreuve chronométrée de porter le maillot jaune tel qu’il est fourni par l’équipementier de l’organisation, le Coq Sportif. A priori, avec ce maillot de leader, Froome sera donc à armes égales avec Bardet et Uran.

 tour_de_france_tt_clothing_2_670

 tour_de_france_tt_clothing_1_670

 Chris Froome, à Düsseldorf, au départ de la première étape du Tour de France 2017, porteur du maillot ‘’aérodynamique’’ de l’équipe Sky

 Plus ça change, plus c’est la même chose

Par ailleurs, les commissaires s’acharnent avec leurs scanners et autres caméras thermiques à surveiller les vélos du Tour à la recherche de systèmes créant une énergie capable de faire avancer la machine avec un effort musculaire moindre. Résultats des courses : aucun vélo n’est suspect.

Malgré leurs efforts sophistiqués et coûteux, les garants de l’éthique à la mode UCI ne trouvent rien de répréhensible sur les machines alors qu’ils restent les bras ballants face à la triche aérodynamique de la Sky qui, à l’inverse, est pourtant aveuglante.

Comme le dit si bien le journaliste David Walsh : « Plus ça change, plus c’est la même chose ».

POST-IT

Pour toute innovation technique, cette dernière devrait être expertisée par l’UCI avant de la libéraliser à toutes les équipes

Tour de France – Les mégaveines des cyclistes n’ont rien de pathologique. Ce sont des veines turgescentes dites « athlétiques »

Par défaut

Pawel Poljanski, le coureur polonais de l’équipe Bora-Hansgrohe, à l’issue de la 16e étape entre Le Puy-en-Velay et Romans-sur-Isère, a pour les âmes sensibles partagé sur Twitter le cliché de ses membres inférieurs au système veineux particulièrement visible. Devant une telle image, faut-il parler de « l’inquiétante photo d’un coureur du Tour » comme la presse en fait état, assimilant ces gros cordons veineux à une probable pathologie d’effort ou de veines turgescentes dites « athlétiques » ?

http___prod.static9.net.au___media_2017_07_19_12_44_poljanski_1907a_1000

Les ‘’étonnants’’ membres inférieurs de Pawel Poljanski à l’issue de la 16e étape du Tour de France. En réalité, des veines turgescentes athlétiques mais non pathologiques

Pourquoi les veines superficielles des sportifs entraînés et affûtés gonflent-elles de façon très visible, notamment après l’effort et à l’arrêt ?

 Les phlébologues répondent qu’à l’occasion du travail musculaire se produit une augmentation considérable du débit de la circulation sanguine de la jambe qui peut aller jusqu’à vingt et même quarante fois son volume normal. La thermorégulation est la cause principale de ce chambardement circulatoire. Au cours de l’effort, les trois quarts de l’énergie dépensée sont convertis en chaleur qui, pour éviter une augmentation de la température centrale, doit être évacuée. Cette tâche est dévolue au système circulatoire. On assiste :

  • à un déplacement du sang vers le territoire cutané correspondant aux muscles en activité,
  • à une augmentation du volume sanguin au niveau du plexus veineux cutané,
  • à une majoration importante du stockage du sang au niveau des veines des membres inférieurs,
  • à une accentuation des échanges thermiques entre les tissus profonds et superficiels : le sang veineux profond, satellite de l’artère qui le réchauffe, se refroidit dans la peau au contact de l’air. L’organisme peut, selon les besoins de la thermorégulation, modifier ces échanges entre la circulation profonde et superficielle.

Selon des spécialistes interrogés par Panorama du Médecin, à long terme, les sports d’endurance entraînent une augmentation progressive du volume plasmatique dont une grande partie est stockée dans le compartiment veineux des membres inférieurs. Cette surcharge hydraulique fonctionnelle de la voie du retour veineux vers le cœur se traduit par une turgescence veineuse appelée veine « athlétique » qu’il convient de distinguer des varices. En effet, ces veines turgescentes sont encore valvulées (les valvules fonctionnent normalement sans fuite à contrecourant), n’ont aucun retentissement sur la trophicité cutanée et n’engendrent aucun trouble fonctionnel.

Sur la photo, on voit que le sportif est allongé. Cette position immobile ne permet plus d’actionner la pompe veineuse plantaire (en marchant, ce système pousse le sang vers le haut) ni la contraction du mollet, soit les deux mécanismes principaux impliqués dans le retour veineux vers le cœur. D’autre part, les veines superficielles au terme de l’étape, à l’arrêt, se dilatent dans le but de faciliter l’évacuation de la chaleur car cette dernière n’est plus éliminée par le déplacement de l’air au contact de la peau lorsque le cycliste est en action. Signalons qu’à la fin d’une étape, la température centrale peut atteindre 40° C.

1111222

Athlétisme – L’intraveineuse d’Usain Bolt « pour courir comme l’éclair » laisse la presse indifférente

Par défaut
[mise à jour le 24 juillet 2017]

Alors que pour un cycliste, les médias en feraient des tonnes

bolt

Sur la photo de L’Equipe publiée ce jour mais prise hier 20 juillet à l’entraînement, à Monaco, on constate que le Jamaïcain le plus rapide de la planète, présente sur son avant-bras gauche la trace d’une intraveineuse « masquée » par un pansement autocollant.

 

 Est-ce une prise de sang, au choix :

  • Pour déterminer la cause éventuelle d’un coup de moins bien (anémie) ?
  • Effectuée dans le cadre du suivi longitudinal ?
  • Afin de faciliter la récupération (perfusion ?)
  • Pour booster ses globules rouges (transfusion) afin d’être au top pour ses dernières courses officielles aux Championnats du monde d’athlé à Londres (4 – 13 août) ?
  • Mais aussi possiblement à l’occasion d’un contrôle antidopage sanguin diligenté par la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) ou alors cette dernière charge l’AMA d’effectuer la mission ?

La Foudre est  forcément clean…

Au tournant des années 2000, Lance Armstrong – le dominateur de la Grande Boucle – ne mettait pas un sparadrap pour masquer la trace de la piqûre mais du fond de teint fourni par sa masseuse.

A noter qu’il y a trente ans et plus, seuls les vrais malades subissaient des prises de sang ; aujourd’hui ce sont les « a priori en très bonne santé », à savoir les sportifs de haut niveau, qui en réclament le plus.

Par ailleurs, si un cycliste du Tour de France se présentait avec un tel élément adhésif sur son avant-bras, que n’entendrait-il pas de la part des journalistes ! Mais pour Usain Bolt, aucune interrogation car il est forcément clean ….