Tour de France ton histoire – Lance Armstrong un cador parmi les géants du maillot jaune mais aussi un supermenteur top niveau

Par défaut

C’est peut-être son plus gros mensonge : « En 1999, je suis un meilleur coureur qu’avant ma maladie (1996-1997) et surtout une meilleure personne« .

[L’Equipe, 04.07.1999]

 

Tous ses adversaires directs de son septennat victorieux (1999-2005) sont d’accord pour dire sans langue de bois qu’il était à la fois le boss mais aussi le meilleur du peloton des années 2000. En revanche, ses aveux en deux temps – une première fois au début de l’année 2013 dans une émission TV animée par Oprah Winfrey et, tout récemment, dans un documentaire diffusé sur la chaîne américaine ESPN les 24 et 31 mai 2020 – après plus de sept ans de réflexion, déconstruisent tous les bobards assénés dans la presse avec la complicité de nombreux journalistes peu soucieux d’informer sur les dessous de sa domination pendant sa période faste de 1999 à 2009.

Lance Armstrong face à Oprah Winfrey lors de ses premiers aveux en janvier 2013

Dictionnaire du dopage – La Ritaline et les pipéridines (fiche actualisée)

Par défaut

La gymnaste américaine Simone Biles, grâce à une AUT (Autorisation d’usage à des fins thérapeutiques) accordée par l’AMA pour ce genre de produit (méthylphénidate, proche parent des amphétamines) a engrangé quatre médailles d’or aux Jeux olympiques de Rio en 2016. Alors que l’AMA a été piratée, une information délivrée par les hackers russes faisaient état de cas de dopage masqué par la Fédération américaine. Simone Biles, dont le nom apparaît dans le message, a tenu clarifier la situation.

Dopage ton histoire – Les vrais mauvais chiffres de l’AMA

Par défaut

Depuis le 10 novembre 1999 et sa création dans les suites de l’affaire Festina du Tour de France 1998, l’Agence mondiale antidopage communique à tout va sur ses contrôles soi-disant performants… Ca se discute !

Rayon lecture – Cyclisme 2019 : le livre d’or par Jean-Luc Gatellier de L’Equipe

Par défaut

Toujours la même fable sur le rôle de l’acide lactique

 

Jean-Luc Gatellier – Cyclisme 2019. Le livre d’or, éd. Solar, 2019
Le marathon, éd. Vigot, 1991
Cyclosport magazine, 2015, n° 110, décembre

Commentaire d’un lecteur – Olivier Boss

Typique ! C’est triste d’entendre ou de lire encore ça car ça fait des décennies que l’on sait que l’acide lactique ne cause pas les douleurs de l’effort intense.

J’avais bien informé en 1997 pendant mes stages à Macolin, les responsables du programme Jeunesse et Sport, Ecole fédérale de Sport en Suisse (Macolin), programme basé sur celui de Paul Koechli (qui était très bien d’autre part). Je crois que les Suisses ont adapté le cursus de formation. Maintenant, il faut souvent une génération ou plus pour réformer les « croyances

Dopage ton histoire – Nous sommes tous dopés, les journalistes aussi…

Par défaut

Mais seuls les sportifs passent au contrôle – Cherchez l’erreur…

5e article de la saga « Tous dopés »

Cette corporation comme tout autre – médecins, avocats, hommes politiques, conférenciers, etc. – est soumise aux lois de la concurrence, du scoop, des cadences infernales, de la dernière ligne droite pour boucler dans les temps une enquête mais aussi pour avoir des interviews exclusives du copinage avec les acteurs emblématiques des stades, des pistes et des routes

En fichier joint (PDF) : Journaliste de sport  »en croquent »

Dopage ton histoire – On ne peut pas plaire à tout le monde… moi le premier !

Par défaut

Depuis ma fréquentation du sport de haut niveau au début des années 1970 où je me suis rendu compte que le dopage était hyper répandu dans le milieu professionnel mais aussi amateur, je n’ai cessé de dénoncer l’hypocrisie générale concernant aussi bien les patrons du sport que les garants de compétitions propres.