Tour de France – Les grandes premières : la visite médicale d’aptitude débute en 1948

Par défaut

Pendant soixante ans, jusqu’en 2007 date de son arrêt définitif, l’auscultation médicale des Géants de la Route était un temps fort des manifestations médiatiques du Grand Départ. Réelle efficacité ou folklore bien organisé ?

Tour de France ton histoire – Les rétros TV de la Grande Boucle occultent l’exclusion à vie des palmarès de Lance Armstrong

Image

Cerise sur le gâteau, c’est Christian Prudhomme – lui pour qui le champion de Dallas  »n’existe plus » – qui commente sur les rediffusions , les exploits du Texan!

Face à l’éventuel retour sur les tablettes de la Grande Boucle de celui qui a survolé le Tour entre 1999 et 2005, rappelons ce qu’affirmait en 2014 dans Le Journal du Dimanche, l’actuel patron du Tour : « Lance Armstrong n’existe plus pour nous. ce chapitre est refermé depuis longtemps et il n’y a aucune raison de le rouvrir. Son nom ne reviendra pas au palmarès. Point.« 

LE COMBLE DE L’HYPOCRISIE

Aujourd’hui, le Tour profite toujours de son image de winner 3XL tout en continuant à le maintenir exclu du palmarès de la liste des géants du Tour. Au final, France Télévisions touche toujours des royalties et la légende Armstrong est entretenue. Comment les téléspectateurs peuvent-ils s’y retrouver ?

Lance Armstrong ton histoire (5e volet) – Zoetemelk a utilisé des armes biologiques similaires à celles du Texan

Par défaut

et pourtant, lui, a conservé ses 7 podiums. Cherchez l’erreur !

Tout cela est possible à cause d’une lutte antidopage chaotique animée par des dirigeants complices et sans envergure

 

Le Texan a été dépouillé a posteriori de ses 7 victoires au Tour de France alors que le Néerlandais Joop Zoetemelk, lauréat de l’édition 1980 et six fois deuxième entre 1970 et 1982 – qui carburait lui aussi aux médocs de la performance (voir tableau) – contrôlé quand même trois fois positif sur le Tour, conserve pour l’éternité ses 7 podiums.

Lance Armstrong ton histoire (4e volet) – Le Texan doit réintégrer le palmarès du Tour de France de 1999 à 2005

Par défaut

En le destituant, les instances n’ont fait que renforcer l’emprise de l’image du dopage sur le Monument n° 1 du sport cycliste. C’est en tout cas l’avis de la majorité des anciens vainqueurs de la Grande Boucle

En fichiers joints :

Tour de France ton histoire – Lance Armstrong un cador parmi les géants du maillot jaune mais aussi un supermenteur top niveau

Par défaut

C’est peut-être son plus gros mensonge : « En 1999, je suis un meilleur coureur qu’avant ma maladie (1996-1997) et surtout une meilleure personne« .

[L’Equipe, 04.07.1999]

 

Tous ses adversaires directs de son septennat victorieux (1999-2005) sont d’accord pour dire sans langue de bois qu’il était à la fois le boss mais aussi le meilleur du peloton des années 2000. En revanche, ses aveux en deux temps – une première fois au début de l’année 2013 dans une émission TV animée par Oprah Winfrey et, tout récemment, dans un documentaire diffusé sur la chaîne américaine ESPN les 24 et 31 mai 2020 – après plus de sept ans de réflexion, déconstruisent tous les bobards assénés dans la presse avec la complicité de nombreux journalistes peu soucieux d’informer sur les dessous de sa domination pendant sa période faste de 1999 à 2009.

Lance Armstrong face à Oprah Winfrey lors de ses premiers aveux en janvier 2013

Cyclisme – Dopage : Rudy Pevenage, l’ancien mentor de Jan Ullrich

Par défaut

Passe à table avec des plats réchauffés

Décryptage d’un pseudo-scoop du maillot vert 1980 confirmant ce que l’on sait depuis 20 ans : le programme de dopage d’Ullrich était aussi sophistiqué que celui de Lance Armstrong

En fichier joint (PDF) : LA – Pourquoi était-il le meilleur ? – La preuve par 13