Dictionnaire du dopage du Dr JPDM – Fiche inédite sur la mestérolone, une substance prohibée par le Code mondial antidopage.

Par défaut

Lire, notamment, la partie « Principales affaires » consacrée aux cas positifs

Dans le but de compléter le Dictionnaire du dopage paru aux éditions Masson en 2004, et compte tenu qu’il n’est pas prévu de publier une nouvelle édition dans l’immédiat, nous proposons la fiche inédite sur la mestérolone.

Dr Jean-Pierre de Mondenard – Dictionnaire du Dopage, éd. Masson, 2004

C’est le cas positif de la joueuse de tennis ukrainienne Dayana Yastremska qui m’a incité à rédiger les caractéristiques de ce stéroïde anabolisant androgène (SAA).

Dopage – Une joueuse de tennis prise dans les mailles du filet avec de la mestérolone, un stéroïde anabolisant androgène

Par défaut

Un médicament utilisé en médecine exclusivement chez l’homme afin de combattre les troubles provoqués par une carence d’hormones testiculaires

Contre-enquête – Equipe Sky (Wiggins, Froome) versus équipe US Postal (Lance Armstrong) : bonnet blanc et blanc bonnet

Par défaut

Le 2 mars 2021, normalement, on va enfin savoir si la Sky-Ineos doit rendre ses maillots jaunes acquis grâce à des gains illicites associant corticostéroïdes (triamcinolone injectable) et testostérone (patchs). Les auditions et plaidoiries se sont éternisées en 2020 pour cause de pandémie à la Covid-19.

Ce couple dopant  »corticos-testo » est connu dans le monde du sport, notamment du cyclisme, comme un must de la performance depuis 1975. A partir de 2016, plusieurs enquêtes au sein de l’équipe Sky (2010-2019) puis Ineos (2019-2020) puis Ineos-Grenadiers (2020) ont démontré que les gains marginaux chers au manageur David Brailsford pouvaient franchir nettement la ligne continue et s’inscrire dans une pratique dopante à  »la Lance Armstrong »

Dopage – Higénamine : deux poids, deux mesures. Un footballeur, Mamadou Sakho, testé positif à ce bêtastimulant est relaxé avec « les excuses financières » de l’Agence mondiale antidopage !

Par défaut

En revanche, un basketteur indien – Satnam Singh Bhamara ayant exercé en NBA – testé positif à la même molécule, est mis à la porte des parquets pendant deux ans, jusqu’au 18 novembre 2021.

Antidopage – CIO, AMA et satellites sanctionnent des sportifs n’ayant pas triché sans se préoccuper des dégâts collatéraux sur la suite de leurs carrières

Par défaut

Face au faible nombre de violation des règles antidopage épinglé par leurs labos, pour faire nombre, les instances s’acharnent à sanctionner lourdement des faux positifs innocents.

Et pourtant, à ma connaissance, aucun n’a eu un suivi psychologique face au déshonneur d’être qualifié injustement de dopé, de même la plupart n’ont pas été indemnisés par les gendarmes du sport propre. Laissez passer des tricheurs, ce n’est pas très professionnel mais sanctionner des innocents, c’est insupportable ! Pourtant, les responsables d’une telle bévue ne sont jamais mis à la porte. En dehors de l’affaire Froome du Tour d’Espagne 2017 – le coureur britannique n’a jamais été indemnisé par l’UCI et l’AMA – nous allons passer en revue quelques cas exemplaires de casseroles de la lute antidopage. Liste loin d’être exhaustive !

 

Antidopage – Un lutteur français s’attaque au Code mondial. L’enjeu, quatre ans de suspension pour une substance non dopante

Par défaut

Le Code mondial n’est pas infaillible ! Chris Froome en a apporté la preuve puisqu’il a été blanchi. Son cas doit faire jurisprudence. Pour un motif similaire, Zelimkhan Khadjiev, médaille de bronze aux Championnats du monde de lutte libre 2019, risque une lourde peine. Il faut espérer que le TAS, le 8 janvier prochain, fasse preuve d’indépendance par rapport à l’AMA en levant la sanction inique. DECRYPTAGE

Le prochain article sera consacré aux innocents contrôlés positifs à tort et condamnés par les instances internationales antidopage : CIO (le patriarche) et l’AMA, sa fille putative.

BLOG Dr JPDM – Autres liens à consulter sur le Vastarel®  versus le lutteur Zelimkhan Khadjiev

  1. Jeux olympiques d’hiver – Une bobeuse russe épinglée à la trimétazidine. C’est quoi ce truc ? – Produit lourd ou pétard mouillé ? publié le 26 février 2018

Jeux olympiques d’hiver – Une bobeuse russe épinglée à la trimétazidine. C’est quoi ce truc ? – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)

  1. Dopage ton histoire – Aucune étude scientifique ne prouve que le Vastarel® est un produit dopant… Pourtant après un contrôle positif des sportifs sont lourdement sanctionnés. Cherchez l’erreur… – publié le 11 juin 2020

Dopage ton histoire – Aucune étude scientifique ne prouve que le Vastarel est un produit dopant – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)

  1. Dopage – Zelimkhan Khadjiev, un lutteur français, se défend d’avoir cherché à se doper avec du Vastarel®. Effectivement, ce produit qui n’a aucune vertu démontrée scientifiquement pour améliorer les performances et pourtant l’athlète contrôlé positif le 21 septembre dernier, a écopé de 4 ans de suspension et regardera les JO 2021 à la TV. Décryptage – publié le 08 juillet 2020

Dopage – 4 ans de suspension pour avoir pris une substance sans effet sur la performance ! C’est possible en 2020… – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)

  1. Dopage ton histoire – Les incohérences de la liste des substances illicites établie par l’Agence mondiale antidopage. A plusieurs reprises dans ce blog nous avons montré notre étonnement en constatant que la réglementation de la molécule trimétazidine (Vastarel®), autorisée pendant plus de quatre décennies, s’est retrouvée – sans études scientifiques prouvant qu’elle améliore la performance sportive d’un athlète – inscrite sur la liste rouge du Code mondial antidopage. De même, nous pourrions légitimement questionner la Commission liste de l’Agence mondiale antidopage (AMA), pilotée par le Français Olivier Rabin, sur le statut d’un médicament déjà ancien considéré comme dopant par des représentants du corps médical et néanmoins toujours absent des produits illicites – publié le 15 novembre 2020

Dopage ton histoire – Les incohérences de la liste des substances illicites établie par l’Agence mondiale antidopage affaiblissent son action – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)

  1. Dopage ton histoire – Résumé des conflits d’intérêt en chaîne de la lutte mondiale – Organigramme des instances internationales antidopage. J’ai moi-même été confronté au conflit d’intérêt entre l’ITA et l’AMA. Le 5 juin dernier lors de l’audience du lutteur Zelimkhan Khadjiev devant le juge ‘’indépendant’’ nommé par la Fédération internationale de lutte (UWW), la conseillère juridique de l’ITA – qui avait instruit le cas positif au Vastarel® (trimétazidine) du médaillé de bronze 2019 – à ma demande de justifier par une étude scientifique que ce produit améliorait les performances sportives, a balayé ma question en tranchant : « Ce n’est pas le problème, le produit est dans la liste de l’AMA » – publié le 10 décembre 2020

Dopage ton histoire – Résumé des conflits d’intérêt en chaîne de la lutte mondiale – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)

 

BLOG Dr JPDM – Autres liens à consulter sur le seuil de salbutamol versus Chris Froome

  1. Cyclisme – Affaire Froome : à partir du moment où un seuil de tolérance est indiqué » par la réglementation, un résultat « anormal » forcément se discute – publié le 17 décembre 2017

Cyclisme – Affaire Froome : à partir du moment où un seuil de tolérance est indiqué par la règlementation, un résultat  »anormal », forcément se discute ! – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)

  1. Dopage – L’affaire Froome démontre que l’on peut – grâce au salbutamol – doper la respiration avec les doses préconisées par l’AMA que l’on soit asthmatique ou non. – publié le 07mars 2018

Dopage – L’affaire Froome démontre que l’on peut – grâce au salbutamol – doper la respiration avec les doses préconisées par l’AMA que l’on soit asthmatique ou non ! – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)

  1. Dopage – Dossier Froome : la responsabilité du pataquès c’est l’AMA et sa mauvaise gestion des doses de salbutamol autorisées et non… l’Anglais. – publié le 15 mars 2018

Dopage – Dossier Froome : la responsable du pataquès c’est l’AMA et sa mauvaise gestion des doses de salbutamol autorisées et non… l’Anglais ! – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)

  1. Dopage – Affaire Froome : selon l’AMA, la charge de la preuve revient à l’athlète sauf que ce dernier est dans l’impossibilité de démontrer son éventuelle bonne foi – publié le 18 mars 2018
  2. Dopage – Dossier Froome : les seuils urinaires réglementés par l’AMA sont-ils fiables ? NON ! La preuve par les faits. Les experts recrutés par l’équipe anglo-saxonne nient la validité de ce seuil et demandent à l’UCI et l’AMA de fournir des études démontrant la valeur scientifique de ce chiffre. Dans l’affaire Froome, la défense de la Sky porterait exclusivement sur le seuil du salbutamol urinaire préconisé par l’AMA, soit 1 000 ng/ml – publié le 04 avril 2018

Dopage – Affaire Froome : les seuils urinaires réglementés par l’AMA sont-ils fiables ? NON ! – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)

  1. DOPAGE – AMA – Des seuils qui épinglent des innocents et laissent filer des tricheurs…Jusqu’en 1982, la lutte antidopage internationale animée par le CIO, l’UCI, l’IAAF ne fonctionne – pour épingler les tricheurs – que sur la base de la présence de la substance illicite dans les urines – publié le 04 avril 2018.

Dopage – AMA – Des seuils qui épinglent des innocents et laissent filer des tricheurs… – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)

  1. Dopage – Affaire Froome : l’AMA doit profiter du Giro pour contrôler grandeur nature et en direct la fiabilité du seuil de salbutamol – publié le 09 mai 2018

Dopage – Affaire Froome : l’AMA doit profiter du Giro pour contrôler grandeur nature et en direct la fiabilité du seuil de salbutamol – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)

  1. Cyclisme – Affaire Froome : pathétique, le seul mot qui convient en parlant de l’AMA !!! En blanchissant le Kenyan Blanc l’AMA entérine de fait un nouveau seuil limite de salbutamol urinaire à 2 000 ng/ml. Rappelons que ce seuil a été établi par le CIO et figure dans la liste rouge depuis le 1er avril 2000. D’après le scientifique australien Fitch, l’expert « en salbutamolerie» de l’AMA, il a été calculé sur des nageurs afin d’écarter les tricheurs qui recherchaient, à forte dose de ce stimulant respiratoire, un effet anabolisant et sans enregistrer la densité urinaire de ces compétiteurs – publié le 06 juillet 2018

Cyclisme – Affaire Froome : pathétique, le seul mot qui convient en parlant de l’AMA !!! – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)

 

Point de vue – L’Agence mondiale antidopage communique sur une chimère du dopage, la contamination improbable par un vaccin anticovid-19

Par défaut

Dans le même temps, elle se désintéresse – le mot est faible – des sportifs épinglés avec une substance  »illicite » mais non dopante dont elle n’a jamais apporté la preuve scientifique qu’elle améliorait les performances avec, cerise sur le gâteau pour le contrevenant, une suspension automatique de 4 ans de mise à l’écart sans pouvoir s’entraîner

(cf . Dopage – 4 ans de suspension pour avoir pris une substance sans effet sur la performance ! C’est possible en 2020… )

Sur cette dernière carence, l’AMA se garde bien d’envoyer des communiqués aux agences de presse…

BLOG JPDM – Autres liens à consulter sur CONFINEMENT, COMPETITIONS ET COVID-19

  • COVID-19 ton histoire – Mise en garde aux sportifs – Anti-inflammatoires (AINS) et cortisone, des médicaments d’usage courant dans les pharmacies des compétiteurs de tous niveaux, aggraveraient les symptômes de l’infection au coronavirus – publié le 14 mars 2020
  • Confinement ton histoire – Une image, une désinformation – le quotidien L’Equipe confond ‘’faire des pompes’’ et muscler ses abdominaux – publié le 19 mars 2020
  • COVID-19 ton histoire – Défenses immunitaires et exercice physique – L’important c’est la dose – publié le 21 mars 2020
  • COVID-19 – Savoir respirer – Inspirer par le nez et expirer par la bouche : les deux temps d’une ventilation efficace – publié le 24 mars 2020

Coronavirus ton histoire – Savoir respirer fait partie des gestes barrières – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)

  • COVID-19 ton histoire – La chloroquine fait causer la presse à tort et à travers. Nous vous proposons l’histoire de deux champions cyclistes, Raphaël Géminiani et Fausto Coppi qui lors d’une compétition en Afrique de l’Ouest sont tous les deux contaminés par un parasite provoquant le paludisme. Le premier soigné à la Nivaquine® (chloroquine) s’en sort mais le second traité à la cortisone ne peut être sauvé – publié le 26 mars 2020

COVID-19 – La chloroquine fait causer la presse à tort et à travers – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)

  • Confinement ton histoire – COVID-19 – Les home-trainers et les vélos stationnaires sont de sortie…dans le salon. Poussés par le coronavirus, de nombreux sportifs de tous niveaux ont mis en place des activités physiques d’intérieur – publié le 5 avril 2020
  • COVID-19 ton histoire – Confinement oblige – Le vélo d’appartement, devenu une star des salons, n’est efficace que si on sait s’en servir – Mode d’emploi basé sur des années d’utilisation. Comme pour tout traitement médicamenteux poursuivi plusieurs semaines, la pratique du vélo d’appartement, pour être efficace au plan santé physique et mental, doit suivre la même règle : « Pas d’utilisation sur un coup de tête et en mode prolongé sans avis d’un sachant pratiquant lui-même » – publié le 7 avril 2020

COVID-19 ton histoire – Confinement oblige : le vélo d’appartement est devenu une star des salons où l’on transpire – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)

  • Covid 19 – ton histoire – Cyclisme : le risque de contamination tend vers zéro lorsqu’on pédale en pleine nature Au moment du déconfinement, le 11 mai dernier, il était recommandé aux cyclistes de ne pas rouler en peloton mais d’observer une distanciation d’un minimum de 10 mètres. – publié le 11 juillet 2020

 

Tennis dopage – Swiss Sports Awards : Martina Hingis privée de cérémonie en raison d’un test positif à la cocaïne remontant à 2007

Par défaut

Un produit dopant dont les potentialités de contamination passive sont les plus nombreuses

Sportifs, en raison de vos relations intimes ou de votre entourage socio-professionnel, vous pouvez, à la suite d’une contamination passive, être contrôlés positifs sans avoir triché. Plusieurs exemples confirment ce mode de transmission involontaire. Décryptage.

« La triple peine » de la Suissesse pour une substance dont la contamination non intentionnelle est omniprésente dans de nombreuses activités en dehors du sport, sans que le compétiteur incriminé puisse se défendre avec des preuves; tout comme l’instance antidopage ne peut affirmer sur la seule base du contrôle positif qu’il y a eu triche intentionnelle.

Disparitions simultanées –  »Dieu » (Maradona) et son gourou (Henri Chenot) ont rejoint les grands espaces à une semaine d’écart

Par défaut

En fichiers joints : Merano, la clinique magique du  »docteur » Henri Chenot

Trois chapitres du Livre Dopage dans le football : la loi du silence