Cyclisme – Championnats du monde sur route : y-a-t-il une explication à la défaite des Belges ?

Par défaut

et notamment à celle de Wout Van Aert, leur leader, grandissime favori des experts et de ses pairs ?

L’Homme-phare de la saison a manqué de jambes le jour où il ne fallait pas !

Depuis le début de la saison, souvent premier et régulièrement sur les podiums (13 victoires en 2021 et sur tous les terrains), encore récemment au Tour de Grande-Bretagne début septembre (05-12.09), où il a remporté quatre étapes sur huit, plus le général. Course à laquelle participait Julian Alaphilippe, bon troisième mais battu régulièrement par le Belge. Or, dimanche 26 septembre à Louvain, chez lui, pendant les 60 derniers kilomètres, Wout Van Aert a subi sans vraiment réagir les attaques des Français et surtout les cinq coups de boutoir de Juju. Visiblement, il n’en avait pas assez dans les jambes pour rivaliser avec le n° 1 des Français.

Athlétisme – Dopages technologique et médicamenteux, les deux vont de pair

Par défaut

Alors que les performances mondiales sur les pistes d’athlétisme et le macadam hors stade stagnaient depuis quelque temps, aux derniers Jeux olympiques de Tokyo des temps canons se sont invités à la fête.

DÉCRYPTAGE des discours des nouvelles bombes du tartan.

Face à la suspicion du coup de boost technologique des chaussures de course sur leur perf, les athlètes répondent : « Je travaille dur » en occultant les prouesses de leurs… godasses !  De même, on trouve un comportement identique face au doute du dopage. Afin de couper court au scepticisme ambiant, les athlètes mettent en avant un nombre conséquent de tests – tous négatifs – alors que tout le monde sait, public compris, que les radars antidopage sont peu fiables ou en tout cas faciles à tromper.

L’Agence mondiale antidopage (AMA) – Grande spécialiste du deux poids deux mesures quand il s’agit de faire tomber un sportif innocent

Par défaut

Alors que régulièrement on a droit à des communiqués de presse ronflant vantant les relations étroites de l’Agence mondiale avec l’industrie pharmaceutique, dans le cas du lutteur Zelimkhan Khadjiev – qui a pris 4 ans de suspension – le laboratoire qui a développé le médicament Vastarel® (trimétazidine – TMZ -) n’a jamais été consulté par l’entité internationale de lutte antidopage.

Dopage – L’Agence mondiale antidopage (AMA) continue de recycler les ministres des Sports françaises… Après Valérie Fourneyron, Roxana Maracineanu !

Par défaut

Une info hallucinante – Sans appel d’offre de candidature, la ministre des Sports Roxana Maracineanu va siéger au comité exécutif de l’AMA qui comporte 14 membres. Rien que ça !

Les dopés tremblent déjà…

 

Cette nouvelle nomination démontre parfaitement l’entre-soi des instances mais surtout le peu de sérieux de l’AMA qui n’hésite pas à intégrer à son comité exécutif des incompétents (es) puissance XXL.

Triche biologique – Rayon lecture : Dopage dans le milieu cycliste par Claude Joseph

Par défaut

Une litanie d’erreurs en boucle – Décryptage.

Que les éditeurs arrêtent enfin de publier des livres sur le dopage écrits par des incompétents qui n’ont ni les connaissances des faits sportifs qu’ils relatent et encore moins celles de médecine, physiologie ou pharmacologie nécessaires à l’analyse du sujet traité en confondant les molécules, leurs effets et les protocoles adoptés par les sportifs. Que tous ces auteurs se prenant sans doute pour des analystes pointus du phénomène dopage dans le sport soient relayés par des maisons d’éditions montre le peu de sérieux de celles-ci et ridiculisent leurs publications. Dopage dans le milieu cycliste en est un exemple frappant. C’est pourquoi, alors que mes analyses peuvent paraître cassantes, je continuerai sans répit à dénoncer les imposteurs de l’information et de la méconnaissance du dopage sportif. Mes critiques n’ont qu’un but : lutter contre la désinformation de la presse.

Maillot jaune ton histoire – Depuis 1919, à treize reprises, la tunique emblématique est restée rangée dans une valise.

Par défaut

SAGA – Les treize éditions de la Grande Boucle où le peloton fut orphelin de sa casaque dorée

Depuis le premier maillot jaune attribué à Eugène Christophe le 19 juillet 1919 et porté pendant la 11e étape Grenoble-Genève, le paletot doré s’est fait porter pâle à treize reprises, c’est-à-dire que sur une ou plusieurs stations le peloton a roulé sans pouvoir se rallier à la casaque dorée.