Jeux olympiques d’hiver – Boosteurs de performance : le salbutamol norvégien toujours en tête devant une nouvelle venue, la bière sans alcool allemande

Par défaut

Mise à jour le 24 février 2018, 12h50sans-titre11

norvège

Les Norvégiens, ici la délégation lors de la cérémonie d’ouverture, avec 52 spécialités différentes de médocs et surtout 6000 doses de Ventoline dans leurs bagages, sont hyper confiants pour engranger un maximum de médailles. Un grand merci pour eux aux AUT, à l’AMA et au CIO

 

aaa

13

alcool

Publicité d’une bière sans alcool parue dans le magazine L’Equipe du 17 juin 2017

 

 

14

réf blog

affiche

Ce n’est pas d’hier que les revues sportives font de la pub pour l’alcool. Ici, l’hebdo Match du 22.12.1938 qui a pris la suite de Match L’Intran et deviendra Paris-Match le 26 mars 1949

 

Paris 2024 – « Grand oral » de la France devant les membres du Comité international olympique à Lausanne. Des mots, toujours des mots.

Par défaut

Le président de la République, Emmanuel Macron, a pris la parole pour défendre la candidature de Paris  aux JO 2024.

Pour lui : « … les valeurs de l’olympisme sont les valeurs de la France »

Faut-il donc comprendre que notre pays doit montrer l’exemple dans :

  • La triche (des athlètes, des dirigeants, des décideurs en tous genres)
  • La corruption (des athlètes, des dirigeants, des décideurs en tous genres)
  • Le dopage (des athlètes et avec la bénédiction de leur entourage)
  • L’atteinte à l’intégrité et à la santé des enfants par l’entraînement intensif ?
  • Les magouilles diverses pour atteindre l’objectif fixé (récolter plus de médailles que le voisin) ?

Mr le Président, votre culture sportive doit être certainement très sommaire pour oser de tels propos, ignorant à la fois le passé du CIO et celui de notre pays.

Non, l’embellie espérée mais absolument pas certaine de ‘’l’économie’’ à travers les Jeux olympiques, n’autorise pas à la fois les belles paroles creuses ainsi que toutes les compromissions avec la ‘’bande de Lausanne’’.

 

SWITZERLAND OLYMPIC BID PARIS

Emmanuel Macron et Thomas Bach, président du CIO

Au final, Emmanuel Macron a le même discours marketing que ses prédécesseurs. Dommage, on espérait un changement.

 

 

 

 

 

Compétition : la  »Grande école » de la triche

Par défaut
Rien n’est plus contagieux que l’exemple

Avec la multiplication des compétitions hypermédiatisées (Jeux olympiques de Rio – quatre milliards de téléspectateurs attendus – Euro de football en France, tournois de tennis du Grand Chelem, Tour de France, Championnats du monde divers…), il est probable que 2016 sera la « meilleure » année du dopage, de la triche et de la fraude récompensés. Comme les grandes écoles forment l’élite intellectuelle et scientifique de la nation, le milieu sportif de haut niveau, le showbiz et la politique éduquent efficacement leurs adeptes à la dope en tous genres mais aussi à la triche, à la magouille et aux arrangements pour monter sur le podium.

Explications sur cette « Grande École » de la haute compétition qui pousse la majorité à « soigner » la performance comme si cette dernière avait des problèmes de santé.

TRICHE 3

Lire la suite

RUSSIE – Contribution MAJEURE au dopage depuis… 64 ans

Par défaut

Alors que des témoignages accablants recueillis par la Commission d’enquête de l’Agence mondiale antidopage (AMA) démontrent bien que le dopage est une institution en Russie, les services du procureur général de ce pays s’insurgent, enquête interne à l’appui. « Le rapport Pound sur le dopage ne contient pas l’ombre d’une preuve ». Les résultats de « l’investigation » des Russes ont été transmis à la commission spéciale de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) le 15 février dernier.

RUSSIE

En fait, du côté de Moscou et de ses environs, le seul objectif est d’aller aux Jeux olympiques de Rio et non d’affronter la triche biologique organisée par les dirigeants (responsables politiques, entraîneurs, médecins). Si le CIO, l’AMA, l’IAAF croient un seul instant que les Russes vont faire le ménage, ils se mettent le doigt dans l’œil !!!

Rappelons que depuis les JO de 1952 et leur apparition sur la scène sportive internationale, les Soviétiques, jusqu’en 1993, et ensuite sous la bannière russe, ont contribué efficacement à enrichir la pharmacie dopante du monde sportif.

Substances et méthodes de dopage inventées par les Soviétiques et les Russes (*) 

Année      Substance/Méthode                         Liste rouge (date d’interdiction)
1952     testostérone                              1982
1952     athlètes hermaphrodites     
            (« fausses » femmes)                 1966
1960     Ginseng (plante stimulante)     non
1963     chambres barométriques            non (mais controversé)
(ascension à 4 000 m d’altitude  sans bouger de son lieu d’entraînement)
1968     électrosimulation (force musculaire)        non (mais controversé)
1970     électrostimulation du  cerveau (stimulant)  non (mais controversé)
1972     mélange de caféine et de nicotinamide         1982 à 2004
1973     Vitamine B15                                                               non
(acide pangamique qui augmente la résistance à la fatigue)
1980     Eleutherocoque (plante stimulante)                non
1991     Mésocarbe (stimulant)                                         1991
1996     Bromantan (stimulant et masquant)              1997
1998     Carphédon (stimulant)                                        1998
2003     Mildronat (modulateur métabolique)            2016
2004     gaz Xénon et Argon (augmentent les globules rouges) 2014
(*) mais la liste n’est probablement pas exhaustive vu l’omerta qui entoure toutes les pratiques dopantes