Cyclisme – Participer à une compétition pour jouer la gagne alors que l’on est fiévreux, c’est prendre le risque que le coeur déraille…

Par défaut

Le cas récent de Sonny Colbrelli est là pour nous rappeler qu’il vaut mieux s’abstenir  de forcer au décours d’une maladie infectieuse, surtout de type viral.

Le Belge Olivier Naesen rappelait que dans Paris-Nice, Sonny Colbrelli avait pris le départ de la Course au Soleil alors qu’il était malade. Dès la 2e étape, le coureur de la Bahrain Victorius était non-partant. Dans le journal Het Nieuwsblad, le classicman de l’équipe AG2R Citroën considérait que le dernier lauréat de Paris-Roubaix avait pris des risques : « Je savais que Colbrelli avait la grippe le premier jour de Paris-Nice et qu’il avait couru avec de la fièvre. » Dans la foulée de son abandon, Colbrelli a décidé de s’abstenir de participer à Milan-Sanremo, le premier Monument de la saison prévu treize jours plus tard, le 19 mars. Précisions que la grippe peut laisser des  »traces » plusieurs semaines après l’épisode initial.

Dopage – Causes : la compétition et la médiatisation sont les deux responsables prédominant de la consommation des médocs de la performance

Par défaut

C’est la rivalité entre les hommes qui pousse à l’usage de produits illicites. Plus la concurrence est forte, plus il y a de médias, plus la triche rôde. Par ailleurs, les calendriers et l’argent – souvent mis en première ligne – ne sont que des potentialisateurs.

Saga Jean-Marie Leblanc – 6e volet

De sa période de journaliste à L’Equipe jusqu’à l’affaire Festina, soit pendant seize ans si l’on en croit ses écrits, Jean-Marie Leblanc (JML) s’est trompé de cible sur les véritables racines du survoltage artificiel. Etonnant pour un ancien coureur professionnel même de  »petit niveau » puis journaliste pendant dix-huit ans et enfin directeur de la Grande Boucle pendant une durée identique d’avoir un diagnostic manquant autant de pertinence.

Punchline Dr de Mondenard

Par défaut
[publié le 20 février 2017]

N° 86 

 Les 3 plus de la compétition

 La consommation des drogues de la performance concerne tous les sports, de l’haltérophilie au jeu de fléchettes, en passant par le foot et le rugby. Cette dérive est boostée :

–       En premier par la compétition (ego)

–       Elle-même stimulée par la médiatisation

–       En clair, plus la concurrence est forte, plus il y a de médias, plus il y a de dopage.

La triche et le mensonge étant consubstantiels à l’homme (cf les politiques) resteront sans effet.

pinocchio

Pour Pinocchio, pas besoin de la contribution d’un synergologue pour savoir qu’il ment

 Toutes les grandes envolées moralisatrices du ministère des Sports animé depuis avril-août 2014 par le couple Braillard-Kanner  n’y pourront absolument rien. Comme, en plus, ces deux personnages n’ont aucune légitimité pour donner un quelconque avis sur la question (aucune formation de médecin, de pharmacien ou de physiologiste), ils feraient mieux de s’occuper sérieusement du sport scolaire car on peut imaginer qu’ils ont fréquenté assidûment ( ?) pendant plusieurs années les bancs des écoles ainsi que les gymnases et terrains de sport leur permettant d’acquérir ainsi une certaine expérience de la pratique des activités physiques pendant cette période.

images3u56qx80

Patrick Kanner (ministre de la ville et de la Jeunesse et des Sports) et Thierry Braillard (secrétaire d’Etat chargé des Sports)

 

La face  »cachets » de la voile – Le milieu se dévoile a minima… (suite)

Par défaut

les-regates-de-paul-dufy

Les régates de Paul Dufy

Comme l’affirme Jacques Rogge, l’ancien président belge du Comité international olympique (CIO) et qui a disputé trois fois les Jeux en catégorie Finn en 1968, 1972 et 1976 : « Tous les sports sont affectés par le dopage. Aucun ne peut dire le contraire » et il ajoute en s’exprimant à propos de la voile : « Pour la crédibilité de la compétition, il faut des tests antidopage. »

Effectivement, si ces tests étaient efficaces et imparables, cela serait l’idéal dans un mode parfait. Mais ce n’est pas le cas. C’était l’argument de toute une ribambelle de sportifs suspectés de frauder tout en étant jamais testés positifs (Lance Armstrong, Richard Virenque, Marion Jones, Bjarne Riis, François Pienaar, André Agassi).  Rappelons qu’il n’y a aucune raison (physiologique, morphologique, technique, tactique ou mentale) qui ferait que le dopage serait inopérant chez les skippers, régatiers, navigateurs.

voilier-2

Les drogues de la performance améliorent le rendement humain et donc aident à beaucoup mieux supporter les contraintes physiques et mentales imposées par la course au large.

Nous nous intéressons depuis des décennies au dopage dans tous les sports. Ainsi nous vous proposons un florilège de témoignages de gens du milieu de la voile s’exprimant sur le fléau n° 1 de la compétition en tout genre.

On peut classer l’ensemble des intervenants en quatre catégories :

  1. Les naïfs-ignorants
  2. Les hypocrites-menteurs-en conflit d’intérêt
  3. Les pseudo-experts
  4. Les sans langue de bois-témoins à charge

 

2017 – La compétition à 4 vitesses sous le contrôle bienveillant de l’Agence mondiale antidopage (AMA) 

A l’inverse des automobiles, la plus rapide est la 1 devant la 2, la 3 et la 4

 1 – Substances indétectables : EPO génériques, transfusions autologues, certains anabolisants, etc.

2 – Autorisation d’usage à des fins thérapeutiques (AUT) : glucocorticoïdes, salbutamol

3 – Programme de surveillance de l’AMA (Liste jaune : substances en liberté surveillée n’exposant ni à un contrôle positif ni à une sanction) : caféine, nicotine, tramadol

4 – Borderlines : dopants non listés (Actovegin®, Néoton®, Viagra®, etc.)

 

citations-voile-sports-nautiques

 

 

Alpinisme et positive attitude

Par défaut

stop-alpinisme

                      Aucun sport n’est épargné par le dopage 

C’est l’homme face  à la compétition avec les autres ou avec lui-même qui recherche – en étant meilleur grâce aux drogues de la performance – à se valoriser auprès de son entourage, voire beaucoup plus (spectateurs).

Dans ce blog, nous avons déjà épinglé les forçats de la langue de bois ainsi que les adeptes indécrottables de la méthode Coué nous expliquant que dans leur sport favori pour ‘’différentes raisons’’ le dopage était inconnu.

Après le judo, la natation et le tennis (tous les trois déjà publiés), nous vous proposons l’alpinisme et son cortège de valeurs, d’air pur, de spiritualité, de conquérants de l’inutile mais aussi… de dopage comme les autres…

alpinisme-positive-attitude