Une réflexion au sujet de « Dopage – L’alibi des performances sous la couette et du sexe féminin au sens large (épouse, belle-mère, maîtresse, fiancée…) arrive en tête pour nier la triche volontaire »

Laisser un commentaire