Sex-appeal – Des fessiers bien dodus grâce à la dexaméthasone ? Une affirmation bidon véhiculée par Le Parisien…

Par défaut

Pour développer ses arrières  »rapido », la dexaméthasone ne fait pas le poids.

Alors que la presse, normalement, devrait contribuer à la connaissance, en réalité en confondant corticostéroïdes et stéroïdes anabolisants elle participe copieusement à l’obscurantisme.

2 réflexions au sujet de « Sex-appeal – Des fessiers bien dodus grâce à la dexaméthasone ? Une affirmation bidon véhiculée par Le Parisien… »

  1. Mise au point nécessaire sur la mauvaise utilisation du terme « Stéroides » par les journalistes. Sur la fragilisation des tendons par la cortisone, peut-on imputer les interventions chirurgicales de Hinault et Fignon dans les années 80 à l’usage de cortisone ?

    • Dans les années 1980, les corticostéroïdes (à la fois euphorisants et anti-inflammatoires) sont omniprésents dans le peloton pour leurs effets sur la performance et l’incapacité des laboratoires antidopage à les détecter. Il faudra attendre 1999 pour voir cette famille pharmacologique se faire prendre par les radars des structures analytiques. Pour répondre directement à la question de Serge Escalé sur « la fragilisation des tendons par les corticostéroïdes, peut-on imputer les interventions chirurgicales de Hinault (1983) et Fignon (1985) à l’usage de ces hormones ? » on ne peut ni écarter cette hypothèse ni affirmer qu’il y a une relation de cause à effet. En revanche, plusieurs études ont démontré que la prise de stéroïdes anabolisants (une autre famille de médicaments) en augmentant le moteur musculaire sans pour autant renforcer la courroie de transmission (le tendon) favorisait la survenue de tendinites, voire des lésions nécessitant finalement une intervention chirurgicale.
      De même, il faut ajouter que la cortisone, par ses effets anti-inflammatoires, antalgiques et euphorisants, permettant de tirer les gros développements plus longtemps, exposait les tendons – notamment des genoux – à un surmenage pouvant provoquer une inflammation chronique de ces derniers.

Laisser un commentaire