Football – La médicalisation de la performance des  »manchots » date au moins des années 1950

Par défaut

PREUVES EN IMAGES

L’Euro bat son plein. Les joueurs courent, sautent, démarrent, frappent du pied et de la tête sans temps mort pendant 90 minutes et un peu plus (temps additionnel).
Il y aura jusqu’au 10 juillet prochain des centaines de contrôles forcément tous négatifs. Est-ce la preuve qu’il n’y a pas de dopage ? Bien sûr que non ! Les staffs médicaux des 24 équipes ont trois possibilités pour passer sans encombre à travers les mailles XXL du filet antidopage :
des substances indécelables en nombre : corticotrophine, hGH, transfusions sanguines autologues, …
des produits borderlines ayant des effets équivalents à des dopants mais non listés par le Code mondial antidopage : caféine, Actovegin®, Neoton®,…
des masquants.
Afin de montrer que le ver est dans le fruit depuis les années 1950, nous vous proposons trois documents du passé.

1954

football 1954

Science et Vie, 1954, n° 442, juillet, p 94

 

 

1959

football - 3

Match Limoges-Nîmes (2-1), le 18 octobre 1959

L’éthique médicale bafouée

(Le Miroir des Sports, 1959, n° 768, 19 octobre, p 13)

 

 

1965

foot 1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s