Dopage – L’Equipe a vraiment beaucoup de mal à faire la différence entre un fluidifiant bronchique et un décongestionnant nasal

Par défaut
[publié le 03 mars 2017]

Ce sont bien sûr deux problèmes respiratoires différents. L’un concerne les bronches et l’autre le nez.

 

leq-2

L’Equipe, 02 mars 2017

 

Convoyage – 1 500 km pour un produit disponible à la pharmacie du coin (La Toussuire), c’est le comble du trajet chronophage !

Ce cafouillage médico-physiopathologique et anatomique concerne le fameux paquet convoyé par un employé de l’équipe Sky, Simon Cope, de Manchester à La Toussuire en Savoie et remis à Bradley Wiggins, le soir de sa victoire dans le Dauphiné 2011.

Selon le manageur du team anglais, Dave Brailsford, il s’agissait de Fluimicil®, un banal fluidifiant bronchique (il n’a pas été précisé la forme galénique : sachets, solution buvable, comprimés effervescents, ampoules injectables, solution injectable pour perfusion).

fluimicil

Fluimicil, toux grasse – Boîte de 30 sachets ; prix 5,67 euros

 POST-IT – L’Equipe patauge entre décongestionnant et fluidifiant !

L’Equipe, 20.12.2016 : « Il s’agissait d’un décongestionnant nasal, le Fluimicil® »

L’Equipe, 07.01.2017 : « Expectorant pour la toux » 

L’Equipe, 12.012017 : « Le paquet contenait du Fluimicil®, un expectorant pour la toux« 

L’Equipe (hebdo), 18.02.2017 : « Il s’agissait de Fluimicil®, un banal fluidifiant pour les bronches »

L’Equipe, 22.02.2017 : « Un banal fluidifiant bronchique »

L’Equipe, 02.03.2017 : « Un banal décongestionnant nasal »

Sauf que cela a l’air très confus pour les journalistes de L’Equipe qui, dans l’édition du quotidien sportif du 20 décembre font du Fluimicil®, un décongestionnant nasal, et ensuite pendant deux mois, le Fluimicil® va changer d’indication thérapeutique, se transformant en fluidifiant bronchique ! Et puis, par un coup de baguette magique, le 02 mars 2017, redeviendra un décongestionnant nasal.

Le Fluimicil® agit en priorité sur les sécrétions bronchiques

En réalité le Fluimicil® est prescrit pour des problèmes d’hypersécrétion bronchqiue en fluidifiant ces dernières ils facilitent leur expulsion par la toux.

Cette pirouette thérapeutique au fil des semaines est probablement due au fait que deux rubricards de la page cyclisme ont traité le sujet, l’un en décembre et en mars, l’autre en janvier et février. Visiblement, il manque un responsable pour harmoniser les informations santé. Avec L’Equipe, c’est toujours le lecteur qui trinque. Si, par exemple, à l’arrivée de Milan-Sanremo, il était écrit dans ce même journal, que le vainqueur lors du sprint tirait un braquet de 39 x 25, tout le monde penserait que le journaliste a bu un coup de trop ! Avec les termes médicaux, il faut être également précis, sinon plus.

Rappelons l’éclairante punchline du journaliste-romancier américain Mark Twain (1835-1910) : « Faites attention quand vous lirez des livres sur la santé. Vous pourriez mourir d’une faute d’impression.»

nez

Rappel anatomique – Les fosses nasales ou cavités nasales au nombre de deux ont des fonctions différentes de celle de l’arbre bronchique. De plus, la distance fosses nasales-pharynx-larynx-trachée-bronches fait pas moins de 30 cm.

 

 

L’Equipe et Le Monde toujours aussi incompétents sur le dopage !

Par défaut
[publié le 20 décembre 2016]

Dans L’Equipe du 20 décembre et Le Monde de la veille, on a droit à la même erreur concernant le mystérieux paquet reçu par Bradley Wiggings lors du Dauphiné 2011.

Selon le manageur de l’équipe Sky, Dave Brailsford : « Richard Freeman [le médecin de l’équipe Sky] m’a dit que c’était du Fluimicil, un décongestionannt nasal, autorisé par l’Agence mondiale antidopage », a précisé le dirigeant.

 

brailsford

L’Equipe, 20 décembre 2016

 

Les textes de l’Equipe et du Monde sont très proches, pas signés, donc probablement tirés d’une dépêche d’agence. Le travail d’un journaliste est de contrôler les informations, voire les reconsidérer à l’aune d’expertises plus importantes. Or, le Fluimicil n’est pas un ‘’décongestionnant nasal’’ mais un fluidifiant bronchique actif sur la zone anatomique de l’appareil respiratoire très en-dessous après le nez et la gorge (voir schéma). Le Fluimicil en fluidifiant les sécrétions bronchiques facilite leur écoulement et ainsi favorise leur expulsion par la toux.

En revanche, un décongestionnant nasal est prescrit pour combattre l’inflammation de la muqueuse nasale et ses sécrétions exagérées.

bronches

Schéma de l’appareil respiratoire. De haut en bas : muqueuses nasales, trachée, bronches

N’appartenant pas à une gazette de supermarché, les journalistes de ces deux médias prestigieux, L’Equipe et Le Monde, ont un devoir de précision dans l’information et ne pas gober sans aucune vérification les dépêches reçues. Un constat que je fais régulièrement est leur carence sur les médicaments et autres drogues de la performance.

De plus, on relève une autre bourde. En 2011, la course à étapes de la région de Grenoble ne s’appelle plus Dauphiné Libéré mais Critérium du Dauphiné. Elle a été rachetée par ASO en 2010 et, pour cette raison, a changé de nom.

Un conseil aux deux quotidiens : entourez-vous d’un sachant confirmé pour relire les textes.