»Fraude technologique, c’est bien plus que le dopage biologique » (suite)

Par défaut

Dans L’Equipe du 26 février 2016, le quotidien sportif donne la parole au journaliste Jacques Augendre – 55 Tours de France au compteur – qui rappelle sous le titre « Plus grave que le dopage ‘’traditionnel’’ ? » l’histoire du record du kilomètre truqué par Dominique Lamberjack.

« Le dopage technologique est plus grave parce qu’il dénote une certains perversité. Le dopage est le cancer du sport, mais tricher sur le matériel va encore plus loin. C’est la négation du sport cycliste, un sacrilège. Et le journaliste de s’appuyer sur une anecdote lourde de sens : ‘’Au début du XXe siècle, un motocycliste, un certain Lamberjack, s’était attaqué au record du kilomètre sur route en payant un cantonnier pour qu’il déplace la borne d’une centaine de mètres. Pour moi, ce geste étant plus condamnable que celui du coureur qui prenait une petite pastille comme les autres.’’ »

On est alors en 1907, Lamberjack a 29 ans et tente de battre le record du km à vélo et non à motocyclette comme indiqué dans L’Equipe. En tout cas pour ce record, dire qu’il est motocycliste prête pour le moins à confusion même si en réalité après sa carrière de cycliste de compétition il était devenu motocycliste. Pour preuve qu’il a fait sa tentative sur un vélo, il sera disqualifié à vie par l’Union vélocipédique de France (l’ancêtre de la FFC), une institution régissant le cyclisme et non la moto.

L’anecdote a été racontée pour la première fois par Gaston Bénac en 1950 pour les éditions du Stade. Elle sera reprise par Pierre Chany en 1972 dans son ouvrage « Le Tour de France », éd. Plon, p 325.

Ça me rappelle l’histoire romancée d’Eugène Christophe qui, au début de la descente du Tourmalet dans le Tour de France 1913, casse sa fourche en raison d’une collision pour certains avec une voiture, pour d’autres avec une moto et pour l’intéressé (cf ses mémoires parues dans Le Miroir des Sports en feuilleton du 16 novembre 1922 au 26 avril 1923 non lues par la plupart des historiens autoproclamés) la brisure était due au mauvais état de la chaussée associée à une faiblesse du fourreau des fourches à l’époque des faits. Un véhicule percutant Christophe et sa machine fait partie de la fausse légende des cycles entretenue par L’Equipe et beaucoup d’autres plumitifs qui n’ont pour seules archives que leurs propres écrits et… L’Equipe.

 

Publicités

Une réflexion sur “ »Fraude technologique, c’est bien plus que le dopage biologique » (suite)

  1. Guillaume

    Voiture,moto; bientôt on va apprendre qu’il y avait un tramway en haut du Tourmalet (comme vous l’avez écrit ironiquement dans un article…)
    Certains racontent aussi que cela s’est passé en pleine nuit alors qu’il était 12 h 46 au pied du Tourmalet.

    Les imprécisions de Desgrange…et de tous ces pseudos « historiens » qui s’inspirent de ses écrits.

    Merci à vous de rétablir la vérité.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s