Corticoïdes – 21 ans de retard à l’allumage entre leur interdiction en 1978 et leur détection en 1999. On attend toujours que les responsables de ce mastic – encore en place – donnent enfin leurs démissions…

Par défaut

Indétectables pendant de nombreuses années (de 16 à 20 ans suivant la date du témoignage), ces substances très prisées du peloton n’étaient combattues que… par des effets d’annonce sans aucune efficacité sur leur limitation d’usage. Signalons que ces stimulants-euphorisants étaient, dès 1980, détectés en milieu hippique.

 Bien qu’interdits par l’Union cycliste internationale (UCI) en 1978, les corticoïdes ne seront détectables qu’en 1999, soit un silence analytique de 21 ans. La lutte antidopage officielle se comporte comme les sportifs tricheurs en adoptant la tactique qui consiste à prêcher le faux pour tromper les candidats-fraudeurs.

En annonçant que telle ou telle substance dopante va être incessamment détectable, les instances antidopage espèrent en freiner la consommation en provoquant la peur du gendarme. Dans un milieu aussi bien renseigné que le sport de haut niveau, dès qu’un concurrent cortisoné franchissait victorieusement un contrôle entre 1978 et juillet 1999, il informait toute la planète des enceintes athlétiques que la substance passait toujours à travers les larges mailles des machines analytiques. En revanche, le premier sportif épinglé alerte illico ses pairs que les corticoïdes doivent être écartés absolument de la pharmaco du candidat au dopage. Rappelons que pour un sportif, une substance dopante n’a d’intérêt que si elle est à la fois performante et indécelable.

Afin d’illustrer la tactique ‘’effets d’annonce’’ des antidopeurs, nous avons listé ci-dessous quelques citations d’oracles peu inspirés et d’un directeur du Tour de France sérieusement amnésique.

 Effets d’annonce : décelables prochainement…

 Interdits en 1978 mais seulement décelables officiellement en 1999

 Jean-Pierre Lafarge (FRA), Directeur du laboratoire national de dépistage du dopage de 1989 à 1997 : « Le problème des corticoïdes existe vraiment mais sur le plan analytique nous sommes très près de pouvoir les cerner. »  [L’Équipe, 03.07.1989]

(NDLR : en réalité, les corticoïdes ne seront décelables qu’à partir du Tour de France 1999, soit 20 ans après la prévision optimiste du directeur du laboratoire français)

 

lafarge

Jean-Pierre Lafarge, directeur du laboratoire national de dépistage du dopage (LNDD) de 1989 à 1997

 

 Jean-Marie Leblanc (FRA), directeur du Tour de France de 1989 à 2006 : « J’ai fait mon premier Tour de France en 1968 avec de l’Ergadyl®, un cocktail vitaminé, une vraie broutille. En 1970, j’ai fait mon deuxième Tour sur le même mode. Mais là, j’ai vu arriver des produits comme les corticoïdes. Au moins étaient-ils décelés. »  [Le Figaro, 01.08.1998]

(NDLR : c’est seulement en 1999 – 30 ans plus tard – que les corticos seront détectables)

 

leblanc

Le Français Jean-Marie Leblanc, directeur du Tour de France de 1989 à 2006

Alexandre de Mérode (BEL) (1934-202), président de la CM-CIO de 1967 à 2002 :

1. « La méthode permettant de déceler les corticoïdes sera au point en 1982. « [Racing, 1981, n° 376, novembre, pp 21.33 (p 23)]

(NDLR : en réalité, en 1999, soit 17 années plus tard)

2.    » Il y aura toujours des zones dans lesquelles nous douterons et nous ne pourrons pas agir. Ainsi, en est-il des transfusions sanguines que nous ne pouvons déceler avec certitude. Ainsi également des corticostéroïdes que nous ne pouvons isoler avec une certitude scientifique sans faille, alors que nous en connaissons les utilisateurs (…) Le professeur Raymond Brooks travaille actuellement sur ces produits; il se pourrait qu’il aboutisse assez rapidement; d’ici à trois ans, nous devrions avoir, là aussi, franchi un cap décisif.  » [L’Équipe, 16.05.1983]

(NDLR : en réalité, ils seront détectables en janvier 1999, soit 16 années après les prévisions de de Mérode)

 

de-merode

Le Belge Alexandre de Mérode, président de la commission antidopage du CIO de 1967 à 2002

Dr Philippe Miserez (FRA), médecin du Tour de France de 1970 à 1981 : « Si je n’obtiens pas l’assurance que les corticoïdes seront recherchés lors des contrôles antidopage du prochain Tour, je présenterai ma démission. »   [Paris-Match­, 26.11.1978, p 112)

(NDLR : les corticos ne seront détectables qu’en 1999 – 21 ans plus tard – et le médecin-chef fera quand même deux Tours de France de plus)

 

miserez

Le Français Philippe Miserez, médecin-chef du Tour de France de 1972 à 1981; ici, sur le Tour 1976 auprès de Bernard Thévenet, un célèbre patient en difficulté

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s