Dopage – Le Captagon – un psychostimulant dope niveau – n’était pas une substance anecdotique dénuée d’impacts sur l’agressivité non maîtrisée

Par défaut
[publié le 22 avril 2017]

Le milieu du rugby, de même que Bernard Laporte, en 2013, devant la commission d’enquête sénatoriale sur l’efficacité de la lutte antidopage, en minimisent à la fois les effets positifs sur la performance et négatifs sur la santé (*).

 STOP CAPTAGON

  • On nous affirme qu’il était en vente libre : c’est faux. Dès sa mise sur le marché en 1964, il fait partie du tableau C qui impose une ordonnance.
  • Qu’il était faiblement efficace : c’est faux
  • Qu’il était sans effets secondaires : c’est faux. Il appartenait à la classe des stupéfiants de 1978 à 1993, date de son retrait du marché.
  • En revanche, qu’il boostait ‘’XXL’’ l’agressivité : c’est vrai.
  • Bien que retiré du marché du médicament français, il est disponible via internet, le plus grand drugstore de la pharmacie mondiale.
  • Aujourd’hui, consommer du Captagon® pour un sportif de compétition est suicidaire dans la mesure où le contrôle antidopage détecte à coup sûr la fénétylline.

Nombre de batailles rangées du rugby entre 1964 et 1993 étaient probablement dues au Captagon®.

La fiche actualisée du Cap destinée au « Dictionnaire du dopage » doit permettre à tout un chacun de remettre ses connaissances à niveau.

(*) Voir article sur ce blog du 21 avril 2017 : Rugby – Le dopage selon… Bernard Laporte

FICHE CAPTAGON

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s