Dopage – Selon Armstrong, le cancer du testicule n’a rien à voir avec les médocs de la performance. Pas sûr… Décodage !

Par défaut

Cyclosport Magazine, n° 110, 2015, décembre

Publicités

2 réflexions sur “Dopage – Selon Armstrong, le cancer du testicule n’a rien à voir avec les médocs de la performance. Pas sûr… Décodage !

  1. JP

    Bonjour,
    Cycliste amateur à mes heures perdues, je suis un lecteur très régulier de votre travail et je tiens à vous remercier pour ce dernier qui a le mérite du franc-parler.
    Question : des micro-traumatismes ou des échauffements thermiques liés à la position caractéristique du cycliste mâle sur une selle de vélo pourraient-ils expliquer une partie de la sur-incidence du cancer du testicule que vous décrivez ?

    J'aime

    • Toutes les études effectuées sur les relations entre cancer du testicule et position assise prolongée sur une selle de vélo, avec les microtraumatismes induits par le revêtement des routes, n’ont pas apporté de réponse pertinente accréditant la thèse du lien entre cyclisme et tumeur.
      Néanmoins, pour être plus didactique, j’ajouterai quelques commentaires :
      – Le facteur de risque le plus important (rien à voir avec le vélo) est le testicule non descendu dans l’enfance (testicule ectopique ou cryptorchidie, autrement dit absence d’un ou des testicules dans les bourses)
      – Dans les facteurs favorisant le cancer du testicule, on trouve les perturbateurs endocriniens très à la mode dans les discours politiques des écologistes (alimentation, produits cosmétiques, pollution des sols, de l’air, etc.) qui interviennent à deux périodes clés : la vie intra-utérine et la puberté.
      – En pratique, compte de la proximité de la prostate, des testicules, de l’urètre et du périnée avec la selle de vélo étroite et rigide, il est conseillé afin de limiter les microtraumatismes pouvant déclencher (indurations, prostatite…) d’avoir une position parfaite sur sa machine et donc sur la selle. Surtout, il faut être assis sur le croissant de la selle. De plus, cette dernière doit être parfaitement horizontale (niveau à bulle). Afin d’éviter toute erreur, le mieux est de consulter avec sa machine un vélociste ayant une expérience professionnelle de la biomécanique cycliste.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s