Davide Rebellin ne manque pas d’air pour nous… gonfler !

Par défaut

Dans un précédent article publié sur ce blog, nous avions analysé une idée reçue colportée par Davide Rebellin sur l’argument massue faisant de la longévité sportive la preuve irréfutable que l’on ne touche pas au fruit défendu.

Rebellin, encore actif à 44 ans (il est le doyen du peloton professionnel et vient de terminer 21e du dernier Milan-Sanremo devant plusieurs pointures : Boasson Hagen, Cancellara, Nibali, Gallopin), a – dans le passé – été contrôlé positif à l’EPO Cera à la suite de sa deuxième place obtenue aux JO de Pékin en 2008.

Déjà impliqué dans une affaire de dopage en 2001 où des écoutes avaient bien révélé à quoi il carburait, après sa médaille d’argent de Pékin Rebellin, sans état d’âme, avait affirmé la bouche en cœur : « C’est la victoire du sport propre ».

Visiblement, le mot triche est inconnu de Tintin (l’un de ses surnoms).

DAVIDE REBELLIN  Davide Rebellin