Dopage – Cannabis : à l’attention des incompétents qui veulent le libéraliser

Par défaut
[publié le 15 mai 2017]

Cette drogue stupéfiante qui répond bien aux critères d’une substance dopante met en péril la vie des cyclistes sur les routes de France et d’ailleurs lorsqu’ils croisent un automobiliste sous l’emprise d’un pétard

 1.  Le cannabis, en agissant directement sur le système nerveux central, est ipso facto un produit dopant influençant le comportement de l’homme face au stress de la compétition. Pour cette optimisation, le THC (principe actif du cannabis) est connu de longue date dans le milieu de la corrida (source : des Toros et des hommes)

toros

Le matador, 30 à 45’ avant d’entrer dans l’arène, fume une bonne dose de cannabis[Miguel Guerra De Cea – Des Toros et des hommes, éd. La Table Ronde 1960]

 Le torero fume un joint 30 minutes avant de pénétrer dans l’arène. Est-ce pour :

–       taper le taureau à la course ou attraper la bête par les cornes pour lui faire mordre la poussière les quatre fers en l’air ?

–       Non. En réalité, c’est pour ne pas mollir face aux 500 kg de muscles.

 

torero 2

Taper le taureau à la course

 

toros. 2

 torero 6

 En réalité, pour ne pas mollir face à la demi-tonne de testostérone

 C’est bien la troisième proposition qui est la bonne.

C’est l’occasion de rappeler que le dopage n’est pas qu’une question de stimulants. On trouve dans la liste rouge des produits qui agissent sur le rendement du corps (anabolisants, EPO…), d’autres qui interviennent sur la douleur (corticoïdes, antalgiques…), certains ralentissent le rythme cardiaque afin de faciliter la précision du geste dans les épreuves de tir. Dès les années 1980, le Dr François Ruff, à l’époque médecin-chef du laboratoire de physiologie à la faculté de Necker (Paris), avait bien résumé que toutes les spécialités sportives étaient concernées par le dopage et que toutes pouvaient être améliorées par des substances spécifiques : « Le dopage n’épargne aucun sport en principe. Qu’il soit d’adresse ou non ; qu’il soit de durée variable ou bien fixée par un règlement. Car on peut prendre le dopage à la carte, par dose successive et en mélangeant les produits, selon les multiples effets qu’on en attend. Exemple : j’ai vu aux Etats-Unis un boxeur prendre à la fois de la morphine pour atténuer la douleur provoquée par les coups et de la strychnine pour conserver ses sens aiguisés. »

 2.  Comment un homme politique peut être pour la libéralisation du cannabis (Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, pendant la campagne des présidentielles, en faisaient un argument de programme) alors qu’il n’a jamais fait d’études de pharmacologie sur le tétrahydrocannabinol ? Rappelons que cette drogue agit sur le système nerveux central et que son action principale est de désinhiber et d’euphoriser. Le fumeur de joint n’est plus maître de ses décisions; pour cette raison quand je vais m’entraîner à vélo, ma principale crainte est de me faire ‘’descendre’’ (valdinguer, percuter, écraser) par un automobiliste assassin conduisant sous l’emprise du cannabis ou de l’alcool.

Au final, tous ceux qui recherchent des artifices pour voir la vie en rose ou pour faire plaisir aux électeurs sont pour la libéralisation ; à l’inverse, ceux qui ont la responsabilité de l’ordre public sont contre. Pas de cannabis au volant doit être la règle de tous afin de respecter les autres comme on voudrait l’être soi-même.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s