Tour d’Italie – La triche est consubstantielle à l’homme à vélo, en voiture et à moto. Le « bidon-motorisé » a remplacé la poussette organisée des années 1960

Par défaut
[publié le 25 mai 2017]

Dans l’ascension du troisième obstacle de l’étape-reine du 100e Giro, à 4 km du passage au col de l’Umbrail (2 502 m), on a vu Vincenzo Nibali et Nairo Quintana se débarrasser d’Ilnur Zakarin et de Domenico Pozzovivo grâce au concours des motos de la télévision italienne. Moi-même devant l’écran, j’avais noté la collaboration –  des deux roues motorisées en ponctuant : ‘’Ce n’est pas possible !’’ Cet incident a été vécu avec exaspération par Domenico Pozzovivo, l’un des acteurs floués.

poussette 2   poussette

Tour d’Italie 1960 : Gastone Nencini grimpe le Gavia (2618 m) grâce à une chaîne de supporters qui, de main en main, le propulse au sommet

bidon

La poussette a été remplacée par le bidon-motorisé ou bidon-collé

 

Avant la poussette était omniprésente dans les courses à étapes. Aujourd’hui, mais déjà depuis quelques années, avec la permission de se ravitailler auprès des voitures d’équipe, on assiste – notamment dans les ascensions – au ballet incessant des coureurs venant se ravitailler en barres énergétiques et bidons « motorisés ». La technique consiste à bien agripper avec la main l’objet (bidon…) tenu fermement par le conducteur de la voiture qui, en même temps, accélère plus ou moins longtemps. Cette pratique n’a pas cours sur le plat, ni a fortiori en descente ni avec la moto fraîcheur.

D’ailleurs, le réalisateur de la RAI – la télévision italienne – sent bien que cette technique du ‘’bidon- motorisé’’ transgresse les règles éthiques car dès qu’il constate sur les écrans que la triche est trop visible (un coureur agrippé au bidon-motorisé pendant un bon moment), il bascule sur une autre caméra montrant une autre partie de la course.

Si on ne veut pas que la dérive s’intensifie avec de plus en plus de ‘’bidons-motorisés’’ sur des centaines de mètres, il faut que les commissaires de course fassent leur job en pénalisant à la fois les directeurs sportifs et les bénéficiaires.

bidon collé

Luca Paolini et la Katusha réalisent ici un exemple de bidon-collé. C’était il y a au moins deux ans et la technique ascensionnelle du bidon-motorisé est toujours dans l’actualité du Giro 2017 (Photo : archives AFP)

Pour que le cyclisme ne devienne pas le foot où la triche est omniprésente : tirage de maillot, entrave de l’adversaire avec les bras (voire le ceinturer), croche-pied, tacle par derrière, etc. aboutissant depuis plusieurs années à la triste réalité que les footballeurs ne peuvent plus se comparer à des manchots, les bras ayant acquis, avec la permission des Fédérations et des arbitres, autant d’importance que les membres inférieurs.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s