Depuis 50 ans, on attend une lutte réellement indépendante du monde du sport

Par défaut

Comme Georges Clémenceau l’avait dit en son temps à propos de la guerre qui, elle, était une chose trop grave pour la confier à des militaires, on peut pour les mêmes raisons admettre – vu la consommation galopante des drogues de la performance – que la lutte antidopage est une chose trop sérieuse pour la laisser entre les mains du ministère des Sports, du CNOSF, de l’AFLD et de l’AMA.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s