Dopage – Anesthésie générale en urgence et substances illicites : des interférences pouvant être fatales.

Par défaut

Sportifs, notamment cyclistes confrontés – lors de l’entraînement individuel ou en groupe – à l’accidentologie routière, ayez par devers vous la liste des médicaments que vous consommez. Cette précaution peut vous sauver la vie lors de l’intervention chirurgicale effectuée sans délai à la suite d’un grave accident sur la voie publique.

BODYBUILDING – Un cas exemplaire où les drogues de l’anesthésie générale confrontées aux substances dopantes se sont avérées incompatibles.

Jeux de société : bridge, échecs, poker, jeux vidéo…

Par défaut

Rappelons que c’est la compétition – qu’elle fasse appel à un rendement athlétique performant, à un mental d’acier ou à une maîtrise émotionnelle parfaite, ou les trois à la fois – qui pousse à la recherche d’orviétans capables de faire grimper le candidat sur le podium et la reconnaissance qui s’ensuit. Ainsi le dopage fait partie de toutes les activités humaines où il y a confrontation entre les hommes : en dehors du sport, on trouve du dopage chez les politiques, les écrivains, les artistes peintres, les chanteurs, les acteurs, les étudiants, les chauffeurs professionnels (poids lourds), les pilotes de ligne… En fait, quasiment tout le monde engagé dans une compétition voudra gommer l’incertitude du résultat en absorbant la pilule des vainqueurs.

Au final, il n’y a aucune raison que les jeux de société soient épargnés par la consommation de drogues stimulant les neurotransmetteurs, la concentration, la maîtrise du langage corporel, l’endurance, le sang-froid, etc.

Afin d’illustrer notre propos, nous vous proposons toute une série d’histoires vécues confirmant que les Jeux de société (bridge, échecs, poker, vidéo…) ne sont pas épargnés par la triche biologique.

la suite…