Comme le martèle le slogan du ministère de la Santé : « Un médicament ça ne se prend pas à la légère ». Et pourtant, les anti-inflammatoires sont omniprésents dans les enceintes sportives. Or, depuis 1979, 12 ont été retirés du marché pour… toxicité avérée. La preuve par les chiffres

Par défaut
publié le 05 décembre 2016

medicament

51 MÉDICAMENTS COURANTS RETIRÉS DU MARCHÉ POUR TOXICITÉ AVÉRÉE (1) 

Longévité : de deux mois à … 58 ans !

Avant que ces 51 médicaments commercialisés en France, listés ci-dessous, mettant en jeu la vie des patients soient définitivement écartés des pharmacies en raison d’un rapport bénéfice-risque défavorable, il a fallu attendre pendant une durée moyenne de 19 ans.

Régulièrement, les organismes de contrôle des médicaments nous avertissent que certains de ces derniers sont retirés de la vente en pharmacie pour toxicité avérée. Lorsque j’ai commencé mes études de médecine au début des années 1960, au fil du temps, la liste des « exclusions » s’est régulièrement enrichie et notablement accélérée depuis l’année 2000 (14/42 = 32%). Alors que les étapes réglementaires de la mise sur le marché d’un médicament sont de plus en plus contraignantes, à la lumière de ces derniers chiffres, on constate que les précautions prises sont insuffisantes.

 Le scandale du Mediator® est un bon exemple – médicament inefficace et nocif consommé par des millions de Français de 1976 à 2009 – pour mettre en garde tous les accros des pilules du bonheur, de la forme et de la performance mentale, physique et sexuelle.   Docteur Jean-Pierre de Mondenard

 A titre d’exemple, dans les années 1970, le Glifanan®, un antalgique d’usage courant comme aujourd’hui le Doliprane®, a été retiré du marché en 1992 après vingt-sept ans de bons et loyaux services. Problème majeur : il provoquait des réactions anaphylactiques type œdème du larynx. En tant que médecin, il m’a été rapporté par un confrère, le cas d’une patiente décédée à la suite de l’absorption d’un seul comprimé de Glifanan® pour une vague douleur au genou. Parmi les lecteurs de ce texte, il est probable que la plupart ont consommé un ou plusieurs des médicaments figurant dans le tableau des bannis. A posteriori, ceux qui n’ont pas eu d’effets secondaires doivent s’estimer chanceux d’être passé à travers les gouttes… mais aussi et surtout malgré les comprimés.

POST-IT – 12 AINS licenciés

 Les sportifs consomment larga manu des anti-inflammatoires, notamment dans les sports d’équipes (foot, hand, rugby, basket mais aussi en athlétisme…). Or, ces médicaments sont peu efficaces en traumatologie du sport. En revanche, ils dézinguent sournoisement le tube digestif, les reins et le cœur. Depuis 1954, 12 anti-inflammatoires ont été retirés du marché (RDM) pour toxicité avérée (hépatique, hématologique, cutanée, cardiovasculaire, etc.). Certaines spécialités sont restées commercialisées pendant 58 ans, d’autres tout juste un an (en moyenne 19 ans) avant que la commission de pharmacovigilance constate que les effets bénéfiques de ces médicaments étaient nettement devancés par les effets secondaires délétères, voire mortels.

 tanderil

  Tandéril (1961-1985) : l’un des AINS les plus utilisés dans le milieu sportif des années seventies. Après 24 ans de ‘’bons et loyaux services’’, est retiré du marché pour toxicité hématologique avérée.

 Rappelons qu’avant toute prescription, il faut toujours se poser les questions suivantes : les médicaments seront-ils actifs ? Toute médication inutile doit être proscrite comme étant susceptible d’être dangereuse ; il n’y a pas de médicament anodin.

Il faut toujours faire la balance entre les avantages et les inconvénients d’un remède dit de cheval ; le plus souvent, le risque est sous évalué. Cette affirmation prend toute son importance à une époque où nous disposons de drogues douées d’une activité puissante mais dont la toxicité est variable suivant les individus. Par exemple, les risques sont potentialisés dans les cas suivants :

–          consommation parallèle d’autres médicaments,

–          sujet âgé de plus de 65 ans,

–          personne souffrant déjà d’une maladie chronique

–          ambiance thermique élevée (déshydratation)

–          chez l’enfant et la femme enceinte

Au final, il faut beaucoup de jugement, de bon sens et de réflexion et aussi du courage pour résister à la facilité et à la mode du médicament à qui rien ne résiste (insomnie, fatigue, dépression, asthénie sexuelle, etc.)

Les sportifs plus que tous autres doivent être particulièrement prudents et suivre les conseils médicaux. Signalons le risque supplémentaire de l’association du médicament avec un effort maximal en ambiance thermique élevée telle qu’une ascension de col en plein cagnard (risques d’hyperthermie et de collapsus). Non seulement leur santé est en jeu mais aussi leur forme du moment. Chez eux, l’hygiène de vie doit être stricte. En dehors des produits dopants, de toute façon prohibés par les règlements sportifs, il n’existe pas de formule magique capable de redonner la forme à un athlète simplement fatigué, pas d’aliment miracle. Le repos partiel au plan physique mais aussi la détente intellectuelle et morale et cela pendant une durée temporaire ainsi que la mise en confiance, suffisent souvent à surmonter les périodes de moindre efficience au plan du rendement musculaire.

Docteur Jean-Pierre de Mondenard

 

POST-IT

Ne soyez pas des moutons. Ne gobez pas tout ce que les « sachants » vous communiquent. Servez-vous de vos neurotransmetteurs pour ne pas mourir des carences des autres. Comme dit le proverbe : « les conseilleurs ne sont pas les payeurs »

 

(1) Depuis le retrait mondial de l’anti-inflammatoire Vioxx® en 2004, on note une vigilance accrue des autorités sanitaires dans le suivi des effets secondaires des produits. Mais il y a encore des progrès à faire pour interdire leur commercialisation avant qu’ils ne tuent.

tableau-des-51-medicaments-retires-du-marche

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s