Rugby – Alcool : Dan Carter accroc à la bière sans modération et à ses effets euphorisants, s’est fait contrôler positif à l’éthanol par la patrouille du XVIIe

Par défaut
[publié le 25 mars 2017]

Contrôlé en état d’ivresse le 16 février 2017, Dan Carter – toujours accro à l’alcool – pixélise un peu plus les valeurs supposées du rugby.

L’ouvreur néo-zélandais, joueur-vedette du Racing 92, a subi un contrôle d’alcoolémie positif au volant de sa voiture. Le double champion du monde 2011-2015 a été arrêté au petit matin dans le XVIIe arrondissement, dans l’ouest de la capitale, alors qu’il roulait à vive allure. Il affichait une alcoolémie de 0,98 g/l, soit le double de la limite autorisée (0,5 g/l), de plus Carter roulait sans permis de conduire. Au lendemain de ce contrôle, il a présenté ses excuses en reconnaissant avoir commis « une monumentale erreur de jugement ».

Son autobiographie largement commentée plus loin où l’alcool est omniprésent plus ce fait divers, montrent que Carter a un problème avec les boissons euphorisantes.

Il n’est certainement pas le seul dans la planète rugby, notamment hexagonale, à avoir un tel penchant. Sans vouloir plomber l’ambiance, on doit se demander que ‘’fait la police’’ : la fédé, les patrons des clubs professionnels et amateurs, les médecins, les coachs, les psychologues, mais aussi les grandes gueules de l’ovalie spécialement Bernard Laporte et Mourad Boudjelall ?

Lorsqu’on les interroge c’est toujours « tout va bien madame la Marquise ».

Rappelons à tous que la responsabilité d’un élu, d’un dirigeant, d’un médecin, commence avec le refus de savoir.

L’une des dernières légendes des All Blacks, Dan Carter, a sorti son autobiographie en 2015 en Nouvelle-Zélande et au début de l’année suivante en France.

Dan-Carter

Autobiographie publiée en France en mars 2016

Quelques mois plus tard, cet ouvrage traduit en français, obtenait à la Soirée des Sportel Awards(*) le prix de la meilleure autobiographie sportive de l’année.

carter

L’Equipe hebdo, 05 novembre 2016, p 113

Le jury a-t-il réellement lu l’autobiographie ? C’est pas sûr !

Après avoir lu attentivement ce livre, je pense que les membres du jury lui ayant attribué l’Oscar de l’autobiographie top niveau n’ont fait que feuilleter les 282 pages. Car si, vraiment, ils avaient dévoré le bouquin, ils auraient tout de suite constaté que le ‘’héros’’ n’était pas Carter mais… l’alcool !

RUGBY – DAN CARTER UN ACCROC DE LA BIERE

POST-IT –

Dan Carter et l’alcool : éloges à la cuite, à la gueule de bois, à l’ivresse mais aussi à la perte de contrôle du cerveau

 

Citations

Pages

1.    

Nous buvions alors que nous étions assez jeunes 

36

2.    

J’ai bu mes premières bières vers l’âge de 15 ans

36

3.    

On buvait quelques bières. On se bourrait la gueule

52

4.    

Quand on finissait une bière, on la balançait contre le mur

52

5.    

Nous étions ivres

65

6.    

Je me suis retrouvé à boire des coups plusieurs jours de suite avec mes idoles

71

7.    

Je passais mes soirées à payer des tournées

76

8.    

On a continué jusqu’à ce que je boive quatre bières en un rien de temps ! J’étais à moitié ivre

77

9.    

Nous sommes sortis boire quelques bières. Rien d’exceptionnel, juste une bonne soirée

89

10.  

C’est tout ce que ma gueule de bois m’avait permis d’imaginer

90

11.  

Je bus mon yard glass (très grand verre de 90 cm) en 1 min 15 sec

92

12.  

Après, j’étais un peu ivre et j’ai commencé à délirer

92

13.  

Je suis monté sur le toit et j’ai descendu quelques bières

92

14.  

Je passai une grande partie du week-end à boire assez massivement

115

15.  

Les fautifs boivent quelques bières en châtiment de leurs ‘’crimes’’. Tout le monde en sort un peu bourré et va se coucher heureux

117

16.  

Ce n’était pas de la bière qui était servie mais des alcools forts. Tout le monde était complètement ivre et vomissait partout

117

17.  

A mes débuts, nous faisions souvent rouler un tonnelet sous les abris après le match

123

18.  

Le samedi soir, l’équipe sortit prendre quelques bières

135

19.  

Et j’aimais bien boire quelques bières

135

20.  

Manifestement, nous n’avions pas les idées claires

136

21.  

C’est également un trophée  [la coupe Bledisloe] dans lequel il est génial de boire

146

22.  

Ma gueule de bois n’en était que plus sévère

152

23.  

Moi, boire deux ou trois bières me détend

152

24.  

Nous avons passé deux ou trois jours à faire la fête. Je transportai avec précaution ma gueule de bois dans un avion

183

25.  

Je restai juste le temps de la remplir (la coupe-trophée de champion du monde) et de la boire

227

26.  

Après avoir écumé un certain nombre de bars

229

27.  

Nous avons bu quelques bières

229

28.  

Nous nous sommes terrés dans un bar que nous avions privatisé pour la soirée

229

29.  

La tournée des bars s’est prolongée jusqu’à l’aube

229

30.  

Nous avions mal aux  cheveux mais nous étions heureux

229

31.  

Pourquoi m’embêter à être sobre

270

(*) Les Sportel Awards récompensent les plus belles séquences de sport et les plus beaux ouvrages de l’année

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s