Corticoïdes (suite) – Historique de la détection des corticoïdes dans le cadre d’un contrôle antidopage

Par défaut

1999

Tour de France : détections à titre préventif

2000

Tour de France : le Français Emmanuel Magnien est le premier positif sanctionné par l’UCI

 

magnien

Cycliste professionnel de 1993 à 2003

 

 Depuis le 7 août, la Fédération française de cyclisme (FFC) alertée par l’Union cycliste internationale (UCI), a ouvert une procédure disciplinaire à l’encontre du coureur de la FDJ, Emmanuel Magnien, contrôlé lors du Tour de France le 18 juillet à Morzine à l’issue de la 16e étape. L’analyse a révélé qu’une injection intramusculaire de cortisone (Kenacort® 80 : triamcinolone acétonide) lui avait été faite avant le départ du Tour pour traiter une allergie au pollen.

kenacort Afin de stimuler la consommation, les publicités des médicaments font souvent appel au vélo ou à la bicyclette

Or, ce genre d’injection de corticoïdes est formellement interdit par la loi française et l’UCI, même accompagnée – ce qui était le cas pour Magnien – d’une justification thérapeutique. Gérard Guillaume, le médecin de la Française des Jeux, rapporte les faits dans Le Figaro du 18 août 2000 : « Trois jours avant le début du Tour, il a eu besoin d’un soin tout à fait classique, une injection intramusculaire de corticoïde, dans ce genre de pathologie (a priori une allergie au pollen). Je l’ai averti, il a pris ses responsabilités et a dit  ‘’ Je n’ai pas le choix, je veux faire le Tour’’. Je ne pouvais pas l’empêcher de partir. »

Dans un premier temps, la FFC condamne le coureur à six mois avec sursis. L’UCI, face à cette sanction trop légère, fait appel devant le Tribunal arbitral du sport qui, le 18 septembre 2000, inflige à Magnien une suspension de six mois (dont trois mois ferme) et interdiction de participer aux Jeux de Sydney.

Parallèlement, le médecin de la FDJ, le 17 septembre 2001 est suspendu trois mois pour avoir pratiqué une injection de corticoïdes par voie intramusculaire sur le coureur Emmanuel Magnien.

 

guillaume

Docteur Gérard Guillaume, médecin de la FDJ

 

 2002

France  – Tous les sports sont concernés par la détection des ‘’corticos’’

Alors qu’ils n’étaient recherchés que sur les cyclistes, les corticostéroïdes sont dorénavant dépistés dans tous les sports depuis le 1er janvier 2002

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s