Tour de France -Descente : les journaux n’ont plus la cote

Par défaut

Les envoyés spéciaux de L’Equipe sur la route du Tour témoignent que le papier journal n’a plus la cote auprès des coureurs. Cette méthode du journal glissé sous le maillot afin de se protéger du refroidissement provoqué par la baisse considérable des températures ressenties, induite par la vitesse du déplacement d’air (70 à 80 km/h en descente voire plus), semble passée de mode si l’on en croit la scène décrite par le quotidien sportif lors de la 9e étape arrivant à Arcalis en Andorre : « Quand il a enlevé son maillot arc-en-ciel trempé, sitôt la ligne franchie, Peter Sagan avait ainsi des airs de cosmonaute puisqu’il était recouvert d’une mini-couverture de survie, dorée d’un coté, couleur aluminium de l’autre. »

 

journaux

Tour de France 1988. Les journaux avaient encore la cote. Ici le Norvégien Dag Otto Lauritzen, 34e de l’épreuve

 

Signalons que les sous-vêtements de papier pour lutter contre le froid faisaient partie de la panoplie du cycliste dès le début du XXe siècle, soit depuis plus de cent ans.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s