RUGBY – La casse toujours en première ligne des bilans. Les dirigeants changent, le problème demeure en l’état au moins depuis… 1912 ! Comment changer de braquet ?

Par défaut
[publié le 27 décembre 2016]

Cela fait donc plus d’un siècle que les ‘’gros pardessus’’ ne font rien d’efficace. Un grand coup de balai s’impose.

 En début d’année 2016, c’est Mourad Boudjellal – le patron du RC Toulon – qui déplore l’épidémie de pépins physiques concernant ses joueurs.

 Le nombre de blessures est démentiel

« Quand on voit le nombre de blessés c’est démentiel. La coupe du monde nous aura coûté très cher car on a  perdu quatre joueurs clés à cause de cette compétition (outre Paul O’Connell, Leigh Halfpenny, Matt Giteau et Frédéric Michalak). Je me demande même s’il ne va pas falloir lâcher une compétition (Top 14 ou coupe d’Europe). Si cela continue comme ça, on sera effectivement contraint de le faire. Aujourd’hui, avec l’effectif qu’il nous reste, on ne peut plus prendre le risque, sachant que l’on aura le plus de chance d’être au complet en mai seulement. »

Cette ‘’sortie’’ du président toulonnais a été publiée dans La Provence du 9 février dernier. Plus récemment, L’Equipe s’inquiète des commotions cérébrales en hausse et donne la parole à des experts en neurologie qui critiquent la fiabilité du protocole institué par World Rugby et les délais de repos insuffisants après un traumatisme crânien avec commotion cérébrale.

leq

                                                               L’Equipe, 26 décembre 2016

Rappelons que comme pour le dopage rien d’efficace ne sera fait tant que ce sont les instances sportives – ici celles du rugby – qui devront mettre en place les bonnes mesures et les faire appliquer.

Des conflits d’intérêt omniprésents

 C’est toujours pareil quand il y a conflit d’intérêt, on assiste au surplace des instances. Déjà en 1912, l’hebdomadaire La Vie au Grand Air s’insurgeait contre les dégâts traumatiques du rugby. C’était il y plus d’un siècle. On constate ainsi que le milieu du rugby est incapable de gérer les dérives inhérentes à la compétition.

Le nombre de blessures est en hausse sur tous les terrains. Refrain connu depuis… 1912 !

vga-2

  Indépendants du pouvoir fédéral

 Comme pour tout ce qui concerne le sport, quel que soit le niveau, c’est seulement la mise en place d’organismes totalement indépendants du pouvoir fédéral qui fera changer les comportements. On attend depuis des lustres que le dopage, la triche, la violence, le suivi médical, la casse, l’arbitrage soient sous la coupe de commissions affranchies des instances.

A chaque nouvelle élection à la tête du rugby, on nous annonce : « Vous allez voir comme cela va changer » et au final c’est toujours la même chose.

Punchline Dr de Mondenard

Par défaut

N° 62

Depuis la grande époque de la guerre froide entre les Etats-Unis et l’URSS, les dirigeants soviétiques puis leurs homologues russes – pour engranger un maximum de médailles – sont à la fois à la tête de la lutte antidopage avec des bilans très médiocres mais parallèlement, ils organisent le dopage dans leurs pays avec des résultats qui leur permettent d’être toujours dans le peloton de tête des pays médaillés.

Pour rappel : le concept juridique de conflit d’intérêt est inconnu en Russie.

images7a4qoqwe

132420337_11n

Les médailles olympiques de Sotchi en 2014

 

 

 

 

 

Punchline Dr de Mondenard

Par défaut

N° 36

On constate que la France grâce à la Légion d’honneur, fait à la fois la promotion du dopage (Lance Armstrong et beaucoup d’autres sportifs ‘’épinglés’’ du ruban rouge par un représentant de l’Etat de haut rang et néanmoins convaincus de dopage) et de la corruption (Joᾶo Havelange, président de la FIFA de 1974 à 1998 ; Antonio Samaranch, président du CIO de 1980 à 2001 ; Sepp Blatter, président de la FIFA de 1998 à 2015 ; Lamine Diack, président de l’IAAF de 1999 à 2015 ; liste ouverte…). Devant cette belle brochette de gens indélicats, on doit sérieusement se poser la question de savoir si cet ordre participe encore au renom de notre pays ou témoigne d’une dérive insupportable, d’autant que la majorité des Grands Maîtres de la Légion d’Honneur ayant succédé à Charles de Gaulle ont eu eux-mêmes affaire à la justice.

Si Armstrong après ses aveux a dû rendre sa breloque, d’autres n’ont jamais été déchus de leur titre alors que….

 

havelange

Joao Havelange

 

 

 

les-deux

Antonio Samaranch et Sepp Blatter

 

 Trois dirigeants ayant vécu en dehors des clous et pourtant décorés par la France