Dopage – Sitcom sur les pistes d'athlétisme

Par défaut

Il était une fois une jeune fille douée pour les activités physiques et qui, voulant suivre les traces d’un proche parent au passé d’athlète de haut niveau, se lança dans une quête d’identité dans les épreuves de demi-fond, entraînée pendant plusieurs années par un coach peu scrupuleux et au comportement inapproprié.

Punchlines Dr de Mondenard

Par défaut

N° 46

Infiltration d’un corticoïde par voies intra-articulaire ou périarticulaire, dans l’environnement immédiat d’une compétition :

  • Une telle injection, associée à l’effort c’est contraire à un acte thérapeutique rationnel
  • C’est en opposition à l’éthique médicale (« Soigner mais ne pas nuire »)
  • C’est faire passer la performance avant le respect du corps. En clair, une partie du corps (muscle, articulation, etc.) ne veut pas jouer au foot, au rugby, courir etc. Et l’athlète concerné et son médecin, lui disent – avec l’injection – « Ferme là et joue (ou court…)»

sans-titre-pnconseil-de-lodre

 Serment du Conseil de l’Ordre des médecins (2012) :

« Au moment d’être admis à exercer la médecine, je promets et je jure d’être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité (…)

Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux (…) 

Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire. » (…)

 N° 47

A méditer par tous les sportifs (et leurs médecins) confrontés à une blessure et partisans de jouer, coûte que coûte, avec le secours d’une thérapeutique médicamenteuse.

C’est le philosophe allemand Arthur Schopenhauer qui a bien appréhendé le comportement humain : « La plus grande sottise de l’homme c’est d’échanger sa santé contre n’importe quel avantage. »

 

schopenhauer

Arthur Schopenhauer (1788-1860)

 

 

Tour de France – Geert Leinders, médecin de la Rabobank de Rasmussen puis de la Sky de Froome de 2010 à 2012, fait partie de la liste noire de l’AMA

Par défaut

Dans L’Equipe du 11 juillet, on lit une ITW de Michael Rasmussen, le Danois qui fut en passe de remporter le Tour 2007 mais retiré de la course par son équipe après sa victoire au sommet de l’Aubisque pour avoir menti sur ses lieux d’entraînement et donc la possibilité de le contrôler au plan du dopage pendant cette période propice aux préparations haute performance. L’entretien de Chicken (son surnom de coureur) signé par Philippe Brunel, revient sur l’épisode Rabobank-Rasmussen du Tour 2007 :

 

RASMUSSEN

Le Danois Michael Rasmussen, exclu du Tour 2007

 

 Que vous inspire avec le recul l’attitude des responsables de la Rabobank ?

« Ils savaient tous où je m’entraînais. Mais en me licenciant, ils voulaient sauver l’équipe, les apparences. Après, on a su que le docteur belge Geert Leinders (ex-médecin de l’équipe depuis 1996) envoyait Michael Boogerd et Denis Menchov (deux anciens coureurs de l’équipe) dans un laboratoire (Humanplasma) en Autriche, ce que j’ignorais jusqu’en 2005. »

A aucun moment dans L’Equipe, on ne rappelle que ce praticien – après la fin de l’équipe Rabobank en 2009 – a été recruté pendant deux ans (2010-2012) pour des gains marginaux par David Brailsford, le manageur du team Sky, avant que son passé de dopeur ne le rattrape. Depuis 2015, le Dr Leinders figure sur la liste noire des 114 personnages à ne pas fréquenter lorsqu’on est sportif de compétition.

Signalons que Chris Froome appartenait à l’équipe Sky entre 2010 et 2012, période au cours de laquelle il a fait 2e (2011) et 4e (2012) de la Vuelta et 2e du Tour de France 2012 et que le médecin des gains marginaux s’appelait donc  … Leinders. Cette information ne figure pas dans L’Equipe. Pourquoi ?

PODIUM 2012

Chris Froome, 2e du Tour de France 2012, derrière son compatriote Bradley Wiggins

 

 

 

La petite phrase : pour parler correctement des médicaments…

Par défaut

Journalistes, rédacteurs, auteurs de livres, écrivains pour parler correctement des médicaments – qu’ils soient dopants ou pas – il faut les prescrire à des malades ou des sportifs. Autrement dit, il faut être un médecin praticien.

En clair, sur le thème des effets des médicaments, un journaliste doit ouvrir les guillemets afin de faire réagir un médecin praticien ou éventuellement un consommateur (malade ou sportif).

UN MEDICAMENT