Antidopage – L’Agence mondiale antidopage publie son bilan 2019 : le zéro pointé des statistiques

Par défaut

Depuis des années, les chiffres des cas positifs annuels publiés par l’instance internationale de régulation du dopage  »culminent » de 1 à 3%. Pour les dirigeants de l’AMA, cela démontre leur efficacité ! Sans jouer au critique professionnel, on peut avoir une interprétation opposée, surtout lorsqu’on sait qu’avec de tels résultats mirobolants le doute peut être maximal. Rappelons à ce sujet la célèbre phrase du romancier américain Mark Twain : « Il y a trois sortes de mensonges. Les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques« . On peut enrichir cette maxime en y ajoutant celle d’Edmond Goncourt : « La statistique est la première des sciences inexactes ».

BLOG JPDM – Liens sur les carences à répétitions de l’AMA
Année 2020
  1. Dopage ton histoire – Les vrais mauvais chiffres de l’AMA – publié le 26 mai 2020
Dopage ton histoire – Les vrais mauvais chiffres de l’AMA – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)
  1. Dopage – 7 ans de suspension pour avoir pris une substance sans effet sur la performance ! C’est possible en 2020. Merci à la lutte antidopage orchestrée par l’AMA. La trimétazidine (Vastarel) n’a aucune vertu dé montrée scientifiquement pour améliorer les performances et pourtant l’athlète contrôlé positif la pris 4 ans de suspension et regardera les JO 2021 à la TV. publié le 08 juillet 2020
  2. Lutte antidopage – La mascarade des instances – Bavures, injustices, mépris… Des décisions incohérentes prises par des officiels dits indépendants – Deux poids, deux mesures ; Salwa Eid Naser, supersonique championne du monde du 400 m à Doha en 2019, feinte quatre contrôles antidopage en moins d’un an ! Malgré ce dédain des règlements, elle n’écope d’aucune sanction – publié le 1er novembre 2020
  3. Dopage ton histoire – Les incohérences de la liste des substances illicites établie par l’Agence mondiale antidopage. A plusieurs reprises dans ce blog nous avons montré notre étonnement en constatant que la réglementation de la molécule trimétazidine (Vastarel®), autorisée pendant plus de quatre décennies, s’est retrouvée – sans études scientifiques prouvant qu’elle améliore la performance sportive d’un athlète – inscrite sur la liste rouge du Code mondial antidopage. De même, nous pourrions légitimement questionner la Commission liste de l’Agence mondiale antidopage (AMA), pilotée par le Français Olivier Rabin, sur le statut d’un médicament déjà ancien considéré comme dopant par des représentants du corps médical et néanmoins toujours absent des produits illicites – publié le 15 novembre 2020
Dopage ton histoire – Les incohérences de la liste des substances illicites établie par l’Agence mondiale antidopage affaiblissent son action – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)
  1. Compétitions sportives – Pourquoi le dopage booste les performances dans tous les sports sans exception ? Plus le corps est fort, plus il obéit ; or les substances illicites impactent favorablement le rendement physique. Par ailleurs, des spécialités considérées comme épargnées par la dope telles que Formule 1, golf, tennis, voile peuvent utiliser comme les autres des protocoles invisibles des radars officiels – publié le 18 novembre 2020
  2. Dopage – Actualité – l’AMA reçoit un gros bol d’air financier de la communauté internationale (5,2 millions de dollars) afin d’accélérer la recherche…dit-elle ! Mais les sportifs qu’elle condamne sans aucune preuve scientifique – grâce à ces futurs travaux – vont-ils voir leur horizon s’éclaircir ? Pas sûr ! Avec ce trésor de guerre antidopage, de réelles études scientifiques sur la trimétazidine (Vastarel® vont certainement pouvoir être mises en chantier pour enfin aboutir à toiletter la liste rouge de cette substance sans aucun effet sur la performance… vieille de 56 ans – publié le 03 décembre 2020
Dopage – Actualité : l’AMA reçoit un gros bol d’air financier (5,2 millions de dollars) afin d’accélérer la recherche… dit-elle ! – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)
  1. Dopage ton histoire – Résumé des conflits d’intérêt en chaîne de la lutte mondiale – Organigramme des instances internationales antidopage. J’ai moi-même été confronté au conflit d’intérêt entre l’ITA et l’AMA. Le 5 juin dernier lors de l’audience du lutteur Zelimkhan Kadhjiev devant le juge ‘’indépendant’’ nommé par la Fédération internationale de lutte (UWW), la conseillère juridique de l’ITA – qui avait instruit le cas positif au Vastarel® (trimétazidine) du médaillé de bronze 2019 – à ma demande de justifier par une étude scientifique que ce produit améliorait les performances sportives, a balayé ma question en tranchant : « Ce n’est pas le problème, le produit est dans la liste de l’MA » – publié le 10 décembre 2020
Dopage ton histoire – Résumé des conflits d’intérêt en chaîne de la lutte mondiale – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)

8.     Point de vue – L’AMA communique sur une chimère du dopage : la contamination improbable par un vaccin anti-Covid-19. Dans le même temps, elle se désintéresse – le mot est faible – des sportifs épinglés avec une substance  »illicite » mais non dopante dont elle n’a jamais apporté la preuve scientifique qu’elle améliorait les performances avec, cerise sur le gâteau pour le contrevenant, une suspension automatique de 4 ans de mise à l’écart sans pouvoir s’entraîner. Sur cette dernière carence l’AMA se garde bien d’envoyer des communiqués aux agences de presse… – publié le 13 décembre 2020

Point de vue – L’Agence mondiale antidopage communique sur une chimère du dopage, la contamination improbable par un vaccin anticovid-19 – Docteur Jean-Pierre de Mondenard (dopagedemondenard.com)







 

Dopage – L’imposture des statistiques de l’AMA publiée le 19 décembre 2019

Par défaut

Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques de l’AMA (adapté de Mark Twain)

Le Monde publie dans sa livraison du 20 décembre un bilan des contrôles de l’Agence mondiale antidopage pour l’année…2017. Visiblement, la presse est en compétition pour publier ‘’en exclusivité mondiale’’ tout et n’importe quoi !

Rappelons aux lecteurs et aux journalistes qu’aucun bilan de contrôles antidopage ne peut être analysé sans réserve dans la mesure où il existe des produits illicites indécelables et d’autres, tout aussi dopants, non prohibés.

Régulièrement, l’Agence mondiale antidopage publie des chiffres sur le fléau n° 1 des enceintes sportives.

Pour trois raisons, ces bilans sont bidons et acceptés sans critique, uniquement par les gros naïfs et certains médias-liges de l’AMA.

Les classements des nations et des sports les plus touchés sont complètement ‘’folklos’’ puisqu’ils ne sont pas corrélés au nombre de sportifs testés par nation et par spécialité sportive. De plus, le nombre de pratiquants potentiellement exposé à des tests antidopage n’est pas indiqué. Au final, ces chiffres n’ont aucune valeur significative sur la réalité du dopage dans le monde.

Nations et spécialités sportives épinglés en 2017 :

les chiffres de l’Agence mondiale antidopage publiés sur son site le 19 décembre 2019 ont été reproduits en partie par Le Monde le lendemain. Les résultats de l’année 2018 publiés par l’AMA seront par mes soins décryptés d’ici peu.

Agence mondiale antidopage (AMA)

Les pays en tête du palmarès ne sont pas forcément les plus  consommateurs de produits illicites

La hiérarchie des 114 pays référencés montre que sur le podium des nations les plus touchées, on trouve :

1re l’Italie,

2e la France,

3e les Etats-Unis.

Et l’on constate que la Russie n’arrive que 5e. Peut-être un effet collatéral de la commission McLaren sur les tripatouillages du labo de Moscou révélés un an avant par les enquêteurs indépendants sélectionnés par l’AMA. Le rapport de la dite commission a probablement freiné la triche des compatriotes de Vladimir Poutine

Une lecture superficielle de ce bilan pourrait faire croire que c’est le classement des pays où les sportifs sont les plus dopés alors qu’en réalité ce sont ceux qui sont les mieux contrôlés ou les plus testés comme les athlètes russes.

Les sportifs de 100 pays échappent au contrôle

En revanche, l’ordre des spécialités concernées par la pandémie doit être proche de la réalité

1er culturisme,

2e  athlétisme,

3e  cyclisme (n’en déplaise à Roger Lejeay, le patron du MPCC)

Mais aussi bien placé le football (6e) alors que les patrons successifs de la FIFA, Sepp Blatter (1998-2015) et Gianni Infantino depuis 2016 n’ont eu qu’un seul discours depuis vingt ans : faire croire au bon public que le dopage ne sert à rien dans le football.

Plus langue de bois que le milieu du ballon rond c’est très difficile, voire impossible.